L'enfance de Jésus, pour surmonter le drame d'une « déchirure »

Lecture du livre de Benoît XVI par le P. Lombardi

| 1747 clics

Hélène Ginabat      

ROME, lundi 26 novembre 2012 (Zenit.org) – Benoît XVI a vécu «  le premier, en tant que pape, le drame de la déchirure entre le Jésus historique et le Christ de la foi », affirme le père Lombardi, dans son éditorial pour le Centre de télévision du Vatican.

C’est pourquoi, poursuit le porte-parole du pape, « il s’est engagé à guider chacun de nous, et donc l’Eglise, à le surmonter pour nous redonner le goût serein et profond de l’amitié personnelle avec Jésus ».

Le dernier volume du triptyque sur Jésus de Nazareth, L’enfance de Jésus, est en effet sorti en librairie mercredi dernier, 21 novembre, en 9 langues dans une vingtaine de pays.

Cette dernière parution est donc « la réalisation d’une promesse », la conclusion d’une œuvre importante qui a nécessité neuf années d’un engagement exigeant.

« Je suis bien conscient que cet entretien au croisement entre passé, présent et futur ne pourra jamais être achevé », déclare humblement Benoît XVI dans l’avant-propos. Il ajoute : « J’espère que ce petit livre, malgré ses limites, pourra aider de nombreuses personnes dans leur chemin vers et avec Jésus ».

Dans le préambule du second volume, le pape avait pourtant expliqué que son œuvre, « destinée à comprendre le personnage de Jésus, ses paroles et ses actes », ne s’attarderait pas sur les évangiles de l’enfance de Jésus, mais, précise le P. Lombardi, « Benoît XVI n’a pas voulu nous priver de cette ‘porte d’entrée’ à la lecture des livres précédents ».

Comparant l’œuvre du pape allemand à celle de son prédécesseur déjà âgé, Triptyque romain, le porte-parole du Vatican fait observer le « grand courage » de Benoît XVI  qui « s’expose » lui aussi, en y livrant sa « quête intime du visage du Seigneur et de la rencontre avec lui ». « Il savait bien », explique-t-il, « qu’il allait se heurter à des objections pas toujours légitimes ».

Toutefois, estime-t-il, les corrélations entre « l’étude de l’Ecriture, la réflexion théologique, la culture humaine et la tension spirituelle personnelle » en font une lecture « extraordinaire et fascinante ».

Le nouveau livre du pape sur l’enfance de Jésus arrive « à temps pour nous accompagner spirituellement pendant cette période de l’Avent et de Noël ». Pour reprendre la conclusion du cardinal Carlo Maria Martini dans la présentation du premier volume, c’est un livre « très beau » qui « nous fait mieux comprendre d’une part, Jésus Fils de Dieu, et d’autre part la grande foi de l’auteur ».