L’engagement de l’Eglise contre les tortures en prison

Commission des aumôniers de prison : congrès mondial à Rome

| 1666 clics

ROME, Jeudi 6 septembre 2007 (ZENIT.org) – L’Eglise catholique redit son engagement contre la torture en prison.



Benoît XVI a reçu ce matin à Castel Gandolfo les congressistes du XIIe Congrès international de la Commission catholique des aumôniers de prison, qui se tient à Rome sur le thème : « Voir le Christ dans tout détenu ».

L'interdiction de la torture « ne saurait être mise en cause en aucune circonstance », insistait le pape.

En outre, le pape souhaitait que les institutions judiciaires et pénales puissent « contribuer à la réhabilitation des délinquants en les aidant à passer du désespoir à l'espoir, de l'instabilité à la confiance en soi ».

« Lorsque les conditions carcérales n'aident pas à la récupération de l’estime de soi et des devoirs qui en découlent, ces institutions manquent leur objectif essentiel », avertissait le pape.

C’est pourquoi Benoît XVI soulignait la responsabilité des pouvoirs publics en disant : « Les pouvoirs publics doivent être attentifs et éviter que des méthodes punitives minent ou dégradent la dignité des prisonniers ».

Pour Benoît XVI, le ministère d'aumônier de prison « requiert patience et persévérance » en dépit des « déceptions » ou des « frustrations ».

L’aumônier, insistait le pape, est au service de la « miséricorde ».

Il recommandait la collaboration avec les communautés chrétiennes, de façon à « enrichir la vie des diocèses » et à « rapprocher » les détenus « du coeur de l'Eglise universelle, notamment par l'assistance régulière à la messe et la pratique de la confession ».

Le pape insistait sur ce ministère destiné à communiquer « la compassion » et « l'infini pardon de Dieu ». En collaborant avec les autorités, ils aident les prisonniers à donner un sens à leur vie afin qu'avec l'aide de Dieu ils puissent la convertir, se réconcilier avec parents ou amis et, dans la mesure du possible, assumer les devoirs que réclament une participation droite et honorable à la vie sociale.