« L’essence de la foi », un recueil de citations pour entrer dans la pensée de Benoît XVI

Entretien avec J.M. Coulet qui a établi le texte de l’ouvrage

| 1679 clics

ROME, Lundi 18 décembre 2006 (ZENIT.org) – Nous publions ci-dessous un entretien avec Jean-Michel Coulet, directeur de L’Osservatore Romano en langue française, à l’occasion de la publication de « L’essence de la foi » (Ed. Plon/Mame), un recueil de citations du pape Benoît XVI, dont il a établi le texte.



A la fin de l’audience générale du mercredi 6 décembre, Jean-Michel Coulet a présenté cet ouvrage au pape Benoît XVI lui-même, en compagnie des éditeurs français et américains.

Zenit : « L’essence de la foi » est un recueil de pensées du pape Benoît XVI. Vous en avez établi le texte. Pouvez-vous nous expliquer l’originalité et l’intérêt de cet ouvrage ?

J. M. Coulet : L’essence de la foi est une sélection des mots clefs de l’enseignement du pape Benoît XVI, classés selon l’ordre alphabétique. Ainsi l’ouvrage s’ouvre sur le mot « Adoration » et se conclut par le mot « Zèle » comme zèle au service de la foi. Le livre comprend une biographie de Benoît XVI et est préfacé par le cardinal Georges Cottier, théologien émérite de la Maison pontificale.

L’intérêt du livre réside dans le fait que lecteur peut à tout moment choisir un thème de méditation ou même qui suscite sa curiosité, par exemple l’Amour, et découvrir et suivre la pensée profonde du pape sur ce sujet. Pour chaque thème abordé, plusieurs pensées sont proposées, tirées des homélies et des discours prononcés depuis son accession au pontificat. Je tiens à souligner le terme de « méditation » car comme chacun le sait, Benoît XVI est un pape qui écrit beaucoup et dont chaque parole prononcée est chargée d’un sens profond, qui offre une large réflexion.

L’ouvrage quant à lui, répond à une double demande sur le fond et sur la forme : la première est d’aller directement à l’essentiel sur un point précis du magistère du pape ; la seconde, la mise en page très aérée et le format de poche du livre en font un instrument pratique et facile d’accès… un beau cadeau à offrir à Noël !

Zenit : Quelle est selon vous la grande force du pape Benoît XVI ?

J. M. Coulet : Incontestablement la force de Benoît XVI réside dans sa foi profonde en Dieu, Père, Maître de toutes choses et Créateur. Cette foi transpire dans toutes ses pensées, ses écrits, son enseignement. Homme d’une grande simplicité et modestie, il accompli dans une extrême fidélité et dans l’obéissance totale à la volonté de Dieu, la tache délicate de guider la barque de Pierre.

L’analyse approfondie des discours et homélies du Saint-Père que j’ai dû faire pour établir le texte de l’ouvrage, m’a permis de relever les mots les plus utilisés dans le langage de Benoît XVI :
Dieu : Le pape veut rendre Dieu accessible à tous, Celui qui domine le temps et l’espace, lui-même lié à rien, mais reliant tout en Lui. Face à la sécularisation, dont il a fait son défi majeur, il oppose Dieu à la précarité du monde et de ses dieux éphémères ;
Viennent ensuite Jésus-Christ, qui témoigne du christocentrisme de Benoît XVI : croire que l’Etre est personne et que la Personne est l’être même ;
puis l’Amour, dont il a fait le thème central de sa première encyclique. La première encyclique d’un pape est souvent tout le programme d’un pontificat ;
la foi : il cherche à expliquer ce que le chrétien veut dire lorsqu’il affirme sa foi en Dieu ;
liberté, justice et vérité : devenir libres en se mettant au service de la vérité, c’est-à-dire de la justice et de la charité. Pour lui le chrétien est toujours appelé à rechercher la justice, mais il porte en lui l’amour qui va au-delà de la justice elle-même.

Zenit : Vous avez présenté cet ouvrage au pape en compagnie des éditeurs américains et français lors de l'audience du mercredi 6 décembre. Comment le pape vous a-t-il accueilli ?

J. M. Coulet : Le Saint-Père a lu le titre de l’ouvrage à haute voix – L’essence de la foi – et a fait part de sa satisfaction de voir publié en français « une langue de travail extrêmement riche et précise » a-t-il dit, des aspects de son enseignement. En feuilletant les pages et après s’être félicité de la préface du cardinal Cottier, il a commenté le choix des mots clefs, qui éclaireront les lecteurs. En soulignant l’intérêt d’un ouvrage facilement accessible et qui s’adresse à tous, que l’on soit croyant ou non, il a rappelé l’importance pour un lecteur « d’avoir la volonté de se pencher sur une pensée, de s’attacher à une lecture sans aucun préjugé ».

Le pape Benoît XVI est indéniablement un homme de dialogue car l’attention qu’il porte à son interlocuteur est intense et chaleureuse.

Son regard s’est arrêté sur la page consacrée à son maître à penser, saint Augustin, chez qui il puise en permanence une grande force et qui représente pour lui une riche source d’enseignement. En l’évoquant il a rappelé la leçon du saint évêque d’Hippone, à savoir « que le christianisme n’est pas un système de connaissances mais une ‘voie’, dit-il, ‘une voie dynamique, la voie de la vérité de l’homme’».

A la fin de la rencontre l’éditeur américain a demandé au pape « Très Saint-Père, combien de chemins mènent à Dieu ? » Un sourire a illuminé son visage: « autant qu’il y a d’êtres humains ! » a-t-il répondu.