L'Eucharistie, c'est Jésus qui vient à notre rencontre

Solennité de la Fête-Dieu à Saint-Jean-du-Latran

| 1322 clics

Par Salvatore Cernuzio

Traduction d’Hélène Ginabat

ROME, jeudi 7 juin 2012 (ZENIT.org) – Célébrer l’Eucharistie sur le parvis de la cathédrale de Rome, rappelle que « Dieu est au milieu de son peuple » dans le quotidien de sa vie et que Jésus lui-même « vient à notre rencontre », explique le P. Midili, directeur du Bureau liturgique du vicariat de Rome, dans cet entretien accordé à Zenit.

En effet, comme chaque année, Benoît XVI a célébré, ce jeudi 7 juin, à 19h, la messe de la solennité du Corps et du Sang du Seigneur en la basilique Saint-Jean-du-Latran, cathédrale de Rome, dont il est lui-même l’évêque. Le pape a présidé ensuite la traditionnelle procession du Saint-Sacrement jusqu’à la basilique Sainte-Marie-Majeure.

Zenit – La Fête-Dieu célèbre l’Eucharistie, cœur de la foi chrétienne. Quelle est la signification de cette solennité ?

P. Midili – Eucharistie signifie action de grâce. Chaque jour, et en particulier le dimanche, l’Eglise se rassemble pour célébrer les saints mystères et rendre grâce au Père pour le don de son Fils qui a offert sa vie en sacrifice pour nous et nous a mérité le salut. La solennité du Corps et du Sang du Seigneur est l’occasion liturgique d’un remerciement particulier. La communauté chrétienne se rassemble pour prendre conscience que c’est seulement dans l’Eucharistie qu’elle trouve le sommet et la source de toute sa vie. Aucun acte de foi, aucune forme de piété, aucune forme de charité authentique ne peut jamais faire abstraction de ce sacrement, qui est constitutif du chrétien.

A quand remonte l’origine de cette fête ?

La solennité du Corps et du Sang du Seigneur fut instituée en 1264 par le pape Urbain IV, pour que le peuple chrétien puisse participer à la messe et à la procession avec une dévotion spéciale et qu'il témoigne ainsi de sa foi en Jésus, qui a voulu rester présent sous les espèces du pain et du vin consacrés. Au cours des siècles, cette solennité a constitué le sommet de la dévotion eucharistique, parce qu’elle relie l’adoration fervente à cet événement original incontournable qu’est la célébration de la messe.

La célébration de la Fête-Dieu à Saint-Jean-du-Latran a été réintroduite dans la tradition du diocèse de Rome par Jean-Paul II. Pourquoi le bienheureux pape a-t-il voulu lui donner une telle importance ?

Depuis 1979, le pape Jean-Paul II a voulu qu’à Rome la solennité du Corps et du Sang du Seigneur soit célébrée le jeudi, parce que c’est justement le Jeudi saint que Jésus a rassemblé ses disciples et qu’il a, au cours du repas, institué le sacrifice nouveau et éternel, le banquet nuptial de l’amour. Alors que le soir du Jeudi saint nous fait revivre le mystère du Christ qui s’offre dans le pain rompu et dans le vin versé pour nous, la Fête-Dieu propose ce même mystère à l’adoration et à la méditation du peuple de Dieu.

Le pape a voulu célébrer cette fête dans la cathédrale de Rome, avec tous les prêtres et fidèles de la ville parce que l’Eucharistie est un mystère de communion avec Dieu, mais aussi entre les personnes. La plus belle image de l’Eglise, en effet, est celle qui se constitue autour de l’évêque pour célébrer les divins mystères, manger et boire au Corps et au Sang du Seigneur, rendre grâce et ainsi témoigner de la communion et de l’amour que Jésus nous a enseignés.

Pour quelles raisons célèbre-t-on cette fête sur le parvis de la basilique Saint-Jean ?

La place Saint-Jean est le parvis de la basilique cathédrale de Rome, mais c’est aussi, pour la ville et pour l’Italie, le lieu des manifestations publiques ; c’est souvent le théâtre de concerts, d’événements politiques et malheureusement aussi d’affrontements ; c’est l’agora des anciens et elle est devenu un symbole de notre pays, c’est une place-parvis. 

Célébrer la messe en un lieu aussi significatif le jour de la fête de l’Eucharistie rappelle que Jésus est au milieu de son peuple à tous les moments de la vie. Par sa présence, il sanctifie notre quotidien, il voit et il guérit toute souffrance, il est pour tous un signe d’espérance. Jésus n’est pas loin de nous et de notre vie, mais il est toujours présent, il s’est fait proche. Nous pouvons le rencontrer dans la célébration de l’Eucharistie et dans le pain consacré. Il vient à notre rencontre.

La procession, guidée par le pape, est un événement qui a un grand impact et dont l’idée centrale est que « le Christ marche au milieu de nous »…

La messe et la procession de la solennité du Corps et du Sang du Seigneur sont un événement unique, qui manifeste l’Eglise en tant qu’Eglise. C’est la fête de la communauté rassemblée. Les croyants se retrouvent pour célébrer ensemble le sacrifice du Christ et, dans la célébration, ils rendent grâce à Dieu pour tout ce qu’ils ont reçu.

L’adoration est le prolongement de la célébration de l’Eucharistie, un témoignage d’amour et de foi en Jésus, prolongement de l’action de grâce après chaque communion. La procession est un chemin « sequela », c’est-à-dire « à la suite de ». L’Eglise s’identifie encore une fois au peuple en chemin, à la suite de son Maître. Elle répète l’expérience des disciples d’Emmaüs qui font un bout de chemin avec Jésus en l’écoutant pendant que celui-ci les instruit. Dans la procession eucharistique, la communauté chemine avec Jésus, mais ce n’est plus à la fraction du pain qu’elle le reconnaît. Nous reconnaissons le Maître présent dans ce pain.