L'Europe a les moyens de surmonter la crise

Le card. Marx, nouveau président de la COMECE

| 1359 clics

Anne Kurian

ROME, mardi 27 mars 2012 (ZENIT.org) – L’Europe « dispose des moyens et du potentiel pour surmonter cette situation » de crise économique et financière, estime le nouveau président de la Commission des Conférences Episcopales de la Communauté Européenne (COMECE),  le cardinal Marx.

Dans le cadre de leur Assemblée plénière de printemps – du 21 au 23 mars 2012 – les évêques d’Europe ont élu le 22 mars un nouveau président, le cardinal Reinhard Marx, archevêque de Munich et Freising, qui succède à Mgr Adrianus van Luyn, évêque émérite de Rotterdam. Le cardinal Marx était déjà vice-Président de la COMECE depuis 2009.

L’Assemblée plénière de la COMECE avait pour thème « Le vieillissement actif et la solidarité intergénérationnelle ». 23 évêques y ont participé, ainsi que différents experts de la Commission européenne, du monde universitaire et de la Communauté de laïcs Sant’ Egidio. 

L’Europe a les moyens de surmonter la crise

Au cours d’une intervention, le nouveau président a fait observer que « nous nous trouvons à un moment décisif pour l’avenir de l’Europe ». Un constat sérieux mais rempli d’espoir : « Concernant la crise économique et financière qui frappe notre continent, a-t-il poursuivi, je suis persuadé que l’Union européenne dispose des moyens et du potentiel pour surmonter cette situation. » 

Pour le cardinal allemand, « une crise globale exige une réponse commune. Il nous faut donc retrouver le sens d’une action collective et responsable. C’est à cette condition seulement que nous parviendrons à résoudre nos problèmes communs. » 

Dans son discours d’ouverture de l’Assemblée, Mgr Adrianus van Luyn a quant à lui cherché à mettre en valeur les développements positifs de l’Union européenne, donnant ainsi le ton de l’Assemblée : donner une parole positive. 

Le président sortant a salué 4 points d’évolution constructive : l’adhésion de la Croatie ; le statut de candidat de la Serbie ; l’actualité de « l’Europe comme projet de Paix » ; les efforts pour trouver des solutions à la crise de l’endettement. Il a également encouragé à travailler sur 2 points : une refonte de l’économie sur l’économie sociale de marché ; une réflexion sur le « vieillissement actif » et « la valeur du travail ». 

La vieillesse n’est pas un « fardeau » mais un « bénéfice »

En conclusion de cette Assemblée, annonce le site internet de la COMECE, les évêques réaffirment que le vieillissement ne doit pas être considéré comme un « fardeau » mais comme un « bénéfice pour la société » : en effet, « le dialogue et la solidarité entre anciennes et jeunes générations est en réalité le fondement du développement humain de nos sociétés : ils sont porteurs d’espérance et d’épanouissement pour chacun ».

Qu’est-ce que les personnes âgées apportent à la société ? « Elles sont douées d’une expérience professionnelle et d’une expérience de vie qui doivent être transmises aux jeunes générations », répond la COMECE. En outre, « leur volonté de s’engager dans des activités de bénévolat, d’action civique et plus particulièrement dans le travail pastoral au sein de nos paroisses et communautés ecclésiales, est fondamentale pour le bien commun de nos sociétés ».

La COMECE souligne également le « rôle clé » des familles dans la prise en charge des personnes âgées. Elle invite les Etat à soutenir cette prise en charge, avec trois propositions : « un congé payé pour les salariés qui prennent soin d’un membre âgé de leur famille », un « soutien financier » et la « prise en compte du temps passé à domicile dans le calcul de la retraite ».

2e Semaine pour la Vie au Parlement européen

La préoccupation de l’Eglise pour la dignité de la personne vieillissante tient du même engagement que l’accueil de la vie en ses commencements. C’est pourquoi, si les évêques se sont arrêtés sur la fin de vie, ils n’en ont pas oublié pour autant son début, constatant que « toutes les études montrent que les européens souhaitent avoir plus d’enfants qu’ils n’en ont en réalité ». 

La COMECE demande donc le « développement » des politiques publiques, pour « permettre à ce souhait d’enfant de se concrétiser ». Elle conseille notamment « des politiques fiscales favorables à la famille », et le « développement des structures de garde pour enfants » en vue de « l’équilibre entre vie professionnelle et vie familiale ».

Dans ce même mouvement de défense de la vie, s’est ouverte hier, lundi 26 mars 2012, la deuxième « Semaine pour la Vie », au Parlement européen. Cette semaine, qui se conclura jeudi 29 mars 2012, est organisée par les Membres du Parlement Européen en collaboration avec la COMECE. Elle propose différentes interventions, entre autres sur les soins palliatifs, la santé sexuelle et reproductive, la recherche sur les cellules souches. Toutes sont accessibles au public après inscription.