L'Europe rappelle à l'ordre la Turquie, la France et la Suède

Répression policière des manifestations publiques

Strasbourg, (Zenit.org) Grégor Puppinck | 1334 clics

Répression policière des manifestations publiques: l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe rappelle à l’ordre la Turquie, la France et la Suède.

Grégor Puppinck,

Directeur de l’ECLJ.

Lors de la procédure dite de débat d’urgence, l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe a adopté ce 27 juin 2013 par 106 voix contre 15 et 14 abstentions une Résolution intitulée « Manifestations et menaces pour la liberté de réunion, la liberté des médias, et la liberté d’expression » (doc. 13258).

Cette résolution dont l’objet initial était de dénoncer la répression des manifestations en Turquie a été étendue à la situation française et aux évènements ayant eu lieu à Stockholm.

Par cette Résolution, « L’Assemblée déplore les récents cas de recours excessif à la force pour disperser les manifestants et réitère son appel aux autorités de veiller à ce que l’action de la police, si elle est nécessaire, reste proportionné » ; elle demande en outre à ces Etats de respecter les droits et libertés.

L’introduction dans cette résolution de la situation française fait suite à l’audience publique organisée le 26 juin 2013 à l’APCE à l’initiative du Parti Populaire Européen et du European Centre for Law and Justice, en présence notamment de Luca Volontè, député, de Ludovine de la Rochère, Présidente de la Manif pour Tous, de Béatrice Bourges, du Printemps français et de Madeleine et Jean-Baptiste, des Veilleurs.Durant cette audiencefut présenté notamment un rapportprésentant des témoignages de victimes de répressions policières.

Le texte final de la résolution n’est pas encore publié ; vous trouverez ci-dessous le texte initial du projet de résolution qui est presque resté inchangé, mise à part l’introduction de deux alinéas nouveaux consacrés à la France et à la Suède.

Le texte final sera disponible ultérieurement sur le site de l’APCE http://assembly.coe.int/

Résolution 1947 (2013) Version provisoire

Manifestations et menaces pour la liberté de réunion, la liberté des médias et la liberté d'expressionAssemblée parlementaire

1. De nombreux pays européens (et non européens) ont connu des mouvements de protestation populaireces derniers temps. Des manifestations se déroulent souvent de façon non organisée, dont les participants secoordonnent entre eux au moyen des médias sociaux. Le droit des individus de manifester contre les gouvernements démocratiquement élus est aussi légitime que le droit des gouvernements concernés de nepas changer leur politique face à la contestation.

2. Des manifestations de ce type ont eu lieu dans plusieurs villes et pays d’Europe au cours de la dernière année. Dans tous les cas, les protestations ont été tout d’abord pacifiques, même si, parfois, des petites minorités se sont livrées à des violences. Dans certains cas, les réactions des autorités publiques et l’action des forces de l’ordre ont été disproportionnées.

3. Comme exemples de manifestions pacifiques dégénérant en affrontements violents avec la police au cours des derniers mois en Europe, mentionnons notamment les suivants:

3.1. plusieurs manifestations contre le mariage entre personnes de même sexe, organisées à Paris entre le 24 mars et le 27 mai 2013 (“Manif pour tous”) et impliquant plus de 2 millions de personnes, ont déclenché l’intervention des forces de l’ordre; celles-ci ont, notamment, eu recours aux gaz lacrymogènes à l’encontre de manifestants pacifiques. Quatre personnes ont été blessées et plusieurs centaines ont été arrêtées;

3.2. des émeutes qui ont eu lieu dans la banlieue de Stockholm du 20 au 24 mai 2013 lorsque des personnes ont manifesté contre le meurtre d’un immigrant par la police et contre les politiques d’immigration et d’intégration en général. Il n’y aurait pas eu de blessés et la police aurait arrêté 29 personnes;

3.3. récemment, le 31 mai 2013, une manifestation pacifique organisée par des opposants à un projet de rénovation urbaine à Istanbul a débouché sur une intervention musclée des forces de l’ordre et provoqué un mouvement de protestation populaire sans précédent en Turquie. Dans des dizaines devilles du pays, des centaines de milliers de personnes ont exprimé leur désaccord avec l’attitude des autorités et pris part à des manifestations. Dans de nombreuses villes, ces manifestations ont donné lieu à des confrontations violentes avec les forces de l’ordre, marquées par le recours systématique au gaz lacrymogène (gaz poivre), aux canons à eau et, dans certains cas, aux tirs de balles en caoutchouc. L’Assemblée parlementaire déplore que le bilan s’élève à quatre morts, dont un policier, et presque 4 000 blessés.

4. L’Assemblée soutient la déclaration du Secrétaire Général du Conseil de l’Europe le 25 juin, y comprisla nécessité de respecter les décisions de la Cour européenne des droits de l’homme sur l’utilisation de la forcecontre les manifestants.

1.Discussion par l’Assemblée le 27 juin 2013 (25e séance) (voir Doc. 13258, rapport de la commission des questionspolitiques et de la démocratie, rapporteur: M. Díaz Tejera). Texte adopté par l’Assemblée le 27 juin 2013 (25e séance).

5. L’Assemblée rappelle que la liberté de réunion et d’association, y compris lors de manifestations nonorganisées et non autorisées, est un droit essentiel dans une démocratie, garanti par l’article 11 de la Convention européenne des droits de l’homme (STE n° 5), et rappelé de manière constante par la Cour européenne des droits de l’homme dans sa jurisprudence. Toute restriction de ce droit doit être prévue par la loi et être nécessaire dans une société démocratique. Il appartient aux autorités d’assurer l’exercice du droit àla liberté d’expression et de manifestation.

6. C’est pourquoi, face à des manifestations, le rôle des forces de l’ordre est de protéger les droits des manifestants, leur liberté d’association et d’expression, tout en protégeant les autres, ainsi que les biens publics et privés. Aussi est-il essentiel qu’elles puissent s’appuyer sur des normes et lignes directrices, sur instructions d’une hiérarchie responsable.

7. L’Assemblée déplore les récents cas de recours excessif à la force pour disperser les manifestants etréitère son appel aux autorités de veiller à ce que l’action de la police, si elle est nécessaire, reste proportionné.Rappelant la position du Comité européen pour la prévention de la torture et des peines oui traitements inhumains ou dégradants (CPT) et la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme, elle insiste sur les conséquences graves sur la santé de l’usage de gaz lacrymogène.

8. L’Assemblée rappelle que les citoyens ont droit à une information objective et complète, et qu’ilappartient aux autorités de garantir des conditions favorables à l’exercice effectif de la liberté des médias etd’expression, conformément à la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme. Elle souligne enparticulier la nécessité de clarifier les questions de propriété et d’indépendance des médias.

9. En conséquence, l’Assemblée appelle instamment les Etats membres du Conseil de l'Europe, le cas échéant, à prendre les mesures nécessaires pour mettre leur législation en conformité avec les normes du Conseil de l’Europe et la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme, notamment en matière de liberté d’expression, de liberté des médias et de liberté de réunion, et les invite:

9.1. à garantir la liberté de réunion et de manifestation, conformément à la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme, et en assurer l’exercice effectif;

9.2. à mener des enquêtes diligentes concernant le recours excessif ou disproportionné à la force pardes membres des forces de l’ordre, et en sanctionner les responsables;

9.3. à renforcer les programmes de formation aux droits de l’homme à destination des membres des forces de l’ordre ainsi que des juges et des procureurs, en partenariat avec le Conseil de l’Europe;

9.4. à élaborer des directives claires relatives à l’usage de gaz lacrymogène (gaz poivre) et interdireson usage dans des espaces confinés;

9.5. à assurer la liberté des médias, mettre un terme au harcèlement et à l’arrestation des journalisteset à la perquisition de leurs locaux, et s’abstenir d’infliger des sanctions aux médias qui couvrent lesmanifestations, conformément à la Résolution 1920 (2013) sur l'état de la liberté des médias en Europe;

9.6. à réformer le Code pénal et le Code de procédure pénale ainsi que les lois antiterroristes et le Code administratif dans tous les cas où les dispositions concernées ne sont pas conformes aux normes du Conseil de l’Europe ou à la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme;

9.7. à examiner les moyens de consulter ou d’associer la population à la gestion des affaires publiques, tant au niveau national que local, en s’inspirant des normes européennes pertinentes et desbonnes pratiques, et en conformité avec la Résolution 1746 (2010) «Démocratie en Europe: crises etperspectives»;

9.8. à s’abstenir d’imposer des obstacles administratifs et organisationnels inutiles au travail des organisations de la société civile en leur infligeant des contrôles, des amendes et des sanctions. De tels excès contribuent à alimenter le mécontentement de la population et à intensifier encore les protestations populaires.

10. Enfin, l’Assemblée invite le Secrétaire Général du Conseil de l’Europe à envisager l’élaboration de lignes directrices sur le respect des droits de l’homme dans le cadre des interventions des forces de l’ordre lors de manifestations.