L'évangélisation doit s'appuyer sur la culture de chaque société

Ad limina des évêques de Papouasie-Nouvelle-Guinée et des Iles Salomon

| 1184 clics

Anne Kurian

ROME, lundi 11 juin 2012 (ZENIT.org) – L’évangélisation doit s’appuyer sur la culture de chaque société, souligne Benoît XVI, c’est-à-dire « construire sur les éléments positifs déjà présents » et « purifier les autres » si nécessaire.

Le pape a reçu au Vatican les évêques de la Conférence épiscopale de Papouasie-Nouvelle-Guinée et des Iles Salomon, au cours de leur visite ad Limina, samedi 9 juin 2012 (cf documents pour le texte intégral).

Evangélisation de la culture

Benoît XVI met l’accent sur l’importance de l’évangélisation de la culture : la culture en effet est le seul moyen, pour la personne humaine, « d’accéder vraiment et pleinement à l’humanité ».

La culture a eu également un « rôle essentiel » dans l’histoire du salut, puisque Dieu s’est lieu-même « révélé peu à peu dans le temps », et son Fils unique, « est né dans une culture particulière ».

Pourtant, souligne le pape, « tout en reconnaissant la contribution respective de chaque culture » et « en utilisant parfois ses ressources pour accomplir sa mission », l’Eglise a été envoyée pour « prêcher l’Evangile à toutes les nations, en transcendant les frontières dressées par les hommes ».

Ainsi, l’évangélisation doit pouvoir « appliquer les vérités éternelles de l’Evangile aux traditions » de chaque peuple, de façon à « construire sur les éléments positifs déjà présents », mais également à « purifier les autres lorsque c’est nécessaire », précise-t-il.

Rôle clé de la famille

Dans cette évangélisation de la culture, Benoît XVI souligne le « rôle clé » de la famille, « en tant qu’unité de base de la société humaine et premier lieu où la foi et la culture sont données ».

Il invite donc à défendre la famille, en accordant une attention particulière « aux biens moraux, religieux et sociaux de la fidélité, de l’égalité et du respect mutuel qui doivent exister entre le mari et la femme ».

Pour les chrétiens, rappelle-t-il, le mariage est « une alliance qui a été élevée par le Christ au niveau surnaturel de sacrement », par lequel les époux « participent à l’amour de Dieu lorsqu’ils deviennent une seule chair », et s’engagent à « s’aimer et se respecter mutuellement tout en restant ouverts au don de Dieu que sont les enfants ».

Formation des fidèles

Le travail d’évangélisation implique « tous les membres de l’Eglise du Christ », souligne-t-il par ailleurs. Il exhorte donc à « offrir de bons programmes catéchétiques et formations pour le clergé, les religieux et religieuses, et les fidèles laïcs », afin qu’ils soient « des témoins solides et joyeux de la foi ».

Pour Benoît XVI, des laïcs « bien catéchisés » et un clergé et des religieux « bien formés » sont « armés pour résister aux tentations du monde ». Il met en garde à ce propos contre « les tentatives de conversion à des versions excessivement simplistes du christianisme qui sont souvent fondées uniquement sur de fausses promesses de prospérité matérielle ».

L’exemple de saints témoins, poursuit le pape, qui « accomplissent en tout la volonté de Dieu » et sont « voués à la gloire de Dieu et au service du prochain », représentent « un élément clé pour des formations et programmes catéchétiques efficaces ».

Ces témoins, ajoute-t-il, et ceux qu’ils enseignent, « aideront à garantir que l’Eglise » continue à être un « instrument efficace de l’évangélisation, attirant ceux qui ne connaissent pas encore le Christ et inspirant ceux qui sont devenus tièdes dans leur foi », en Papouasie-Nouvelle-Guinée.