L'Evangile s'enracine s'il est vécu de façon authentique en communauté

Message de Benoît XVI pour l'assemblée plénière du CCEE

| 1079 clics

A. Bourdin                    

ROME, jeudi 27 septembre 2012 (ZENIT.org) – L’Evangile « s’enracine » quand il est vécu « de façon authentique » par « une communauté », affirme Benoît XVI dans un message au cardinal Erdö à l’occasion de l’assemblée plénière du Conseil des conférences épiscopales européennes (CCEE, 27-30 septembre).

Le pape a en effet adressé, par son secrétaire d’Etat, le cardinal Tarcisio Bertone, un message au président du CCEE, le cardinal Peter Erdö, archevêque d’Estergom-Budapest. Le message a été lu en allemand, ce jeudi 27 septembre en fin d’après-midi, en Suisse, à Saint-Gall, ville qui est depuis 35 ans le siège de cet organisme, au confluent des traditions orientale et occidentale.

Comme l’assemblée coïncide avec le 1400e anniversaire de l’arrivée du moine irlandais saint Gall, compagnon de saint Colomban, Benoît XVI insiste sur le témoignage de vie de la communauté qui s’est peu à peu constituée autour de l’ermite qui a donné son nom à la ville, au canton et au diocèse, à la frontière de l’Autriche. Des bénédictins ont enrichi au cours des siècles le patrimoine spirituel et culturel de la ville, classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.

« Le message chrétien est semé et s’enracine efficacement là où il est vécu de façon authentique et éloquente par une communauté », rappelle le pape aux évêques européens.

Il souligne « avec joie » ce qu’il appelle « l’heureuse coïncidence » du jubilé et de l’assemblée plénière en ce lieu.

Il y voit une invitation pour l’Eglise qui est en Europe « à réfléchir à tâche permanente de l’évangélisation et à son urgence actuelle et renouvelée », et à suivre l’expérience de saint Gall et des ses disciples.

Le pape rappelle que, contraint de s’arrêter près d’Arbon du fait d’une maladie, saint Gall a vécu en ermite, bientôt rejoint par de nombreux disciples attirés par sa réputation de sainteté. C’est ainsi que naquit une « communauté monastique », un « centre » d’où « jaillirent d’autres missions vers d’autres peuples ».

A la veille du synode sur la Nouvelle évangélisation, le pape estime que « la mémoire de saint Gall et de son œuvre, est un stimulant utile, pour regarder « avec foi et espérance la grande «moisson » qui n’est autre que l’ensemble des peuples de l’Europe, dans la foulée du Concile œcuménique Vatican II et des enseignements des Souverains Pontifes qui l’ont mis en pratique ».

Alors que les évêques se penchent sur les « défis » de la société d’aujourd’hui pour la foi, il invite les protagonistes de  l’évangélisation à « adopter le regard de Notre Seigneur Jésus-Christ », et à s’inscrire « dans le sillage de Vatican II ».

Il s’agit aussi, recommande Benoît XVI, de « reprendre le cours magistral du Serviteur de Dieu Paul VI dans Evangelii nuntiandi ainsi que les recommandations du bienheureux Jean Paul II exprimées dans Nuovo millennio ineunte », à la lumière du magistère et « dans la perspective de l’Année de la foi qui s’annonce ».

Le pape confie l’assemblée du CCEE à la protection de la Vierge Marie, « Mère de Dieu et de l’Eglise ».

Et le cardinal Bertone souhaite aux membres de l’assemblée un « travail serein et fructueux ».