L’évêque d’Angers reconnaît une guérison « remarquable » à Lourdes

Serge François a été guéri d’une maladie l’invalidant depuis plusieurs années

| 1983 clics

ROME, Mercredi 30 mars 2011 (ZENIT.org) - Mgr Emmanuel Delmas, évêque du diocèse d'Angers (France), a reconnu la guérison « remarquable » à Lourdes de Serge François, guéri le 12 avril 2002 d'une maladie invalidante dont il souffrait depuis plusieurs années.

« Cette guérison peut être considérée comme un don personnel de Dieu pour cet homme, comme un événement de grâce, comme un signe du Christ Sauveur », affirme Mgr Delmas dans une déclaration publiée sur le site des Sanctuaires de Lourdes et que nous reproduisons ci-dessous.

A voir aussi en vidéo sur le site des sanctuaires : le témoignage de Serge François sur sa guérison et la réaction de Mgr Jacques Perrier, évêque de Tarbes et Lourdes, qui explique notamment l'utilisation du terme de guérison « remarquable », et non pas de miracle.

* * *

Le fait de la Guérison

Le 12 avril 2002, à Lourdes, au cours du pèlerinage diocésain auquel il participait comme « hospitalier-malade », M. Serge François, alors âgé de 56 ans, a été guéri d'une maladie invalidante dont il souffrait depuis plusieurs années. Cette maladie a été identifiée par les médecins comme étant une algie sciatique de topographie S1 gauche qui nécessitait un important traitement antalgique quotidien et était cause d'une invalidité lombaire marquée, occasionnant un retentissement sur son caractère. Les médecins, qui l'ont examiné après l'événement survenu à Lourdes, en 2002, ont constaté que cette guérison avait été subite, complète sur le plan fonctionnel, sans relation avec une thérapeutique particulière, et durable jusqu'à ce jour, soit depuis huit ans.

L'interprétation chrétienne de cette guérison

En tant qu'évêque du diocèse d'Angers, où réside M. Serge François, j'ai aujourd'hui la responsabilité de faire connaître l'interprétation que l'Eglise se juge autorisée à donner à cette guérison subite, inattendue et durable. Cette interprétation s'appuie sur le témoignage donné par M. Serge François lui-même, à la suite de l'événement survenu pour lui ; à Lourdes, le 12 avril 2002. Elle comporte une lecture et une compréhension de ce témoignage à la lumière de la foi. Il est certain que M. Serge François a été totalement et durablement guéri à Lourdes, c'est-à-dire qu'il a été délivré du mal dont il souffrait et qu'il mène une vie normale sans aucun traitement. Après des expertises approfondies, le Comité Médical International de Lourdes (CMIL) a conclu qu'il s'agissait « d'une observation remarquable », d'une guérison inexpliquée, dans l'état actuel de la science. C'est pourquoi, après avoir pris connaissance des conclusions du Comité Médical International de Lourdes (CMIL) et après avoir entendu une commission canonique réunie le 30 septembre 2010, Au nom de l'Eglise, je reconnais publiquement le caractère « remarquable » de la guérison dont a bénéficié Monsieur Serge François, à Lourdes, le 12 avril 2002. Cette guérison peut être considérée comme un don personnel de Dieu pour cet homme, comme un événement de grâce, comme un signe du Christ Sauveur ».

S'étant produite au cours d'un pèlerinage à Lourdes, au moment où M. Serge François après avoir prié devant la Grotte et s'être rendu aux fontaines pour boire et se laver le visage, quittait le domaine, on peut voir dans cette guérison une prévenance particulière de la Vierge Marie à l'égard de cet homme. Cette reconnaissance publique sera proclamée le 27 mars 2011, au cours d'une célébration eucharistique dans le sanctuaire de Notre-Dame des Gardes. J'invite tous les fidèles à rendre grâce pour cet événement et à s'unir d'intention, lors de l'eucharistie qui sera célébrée au cours du pèlerinage diocésain à Lourdes, du 3 au 8 mai 2011, lieu privilégié de l'humble prière à Marie et avec Marie.

Fait à Angers, le 27 mars 2011

Mgr Emmanuel Delmas, évêque d'Angers (France)