L'évêque de Rome dans une de ses paroisses

Un accueil très enthousiaste en banlieue sud

| 991 clics

ROME, mardi 6 mars 2012 (ZENIT.org) –  Les paroissiens romains de l'église Saint-Jean-Baptiste de La Salle se sont préparés à recevoir Benoît XVI, avec enthousiasme, et le jour « J », la visite leur a semblée extrêmement « naturelle ».

Benoît XVI s'est en effet rendu en visite pastorale dans cette paroisse, située dans la banlieue sud de Rome, dimanche dernier, 4 mars 2012. Le P. Francesco Indelicato, qui dessert l'église, confie à Zenit les réactions des paroissiens à cette visite de leur évêque.

Zenit – Comment la communauté du Torrino a-t-elle réagi à la visite de Benoît XVI ?

Don Indelicato – A l’annonce de la visite du pape, la réaction des paroissiens a été dès le début faite d’enthousiasme, de surprise, de grand investissement. Il y a eu une grande attente, la participation s’est concrétisée de mille façons, dans la préparation de l’évènement et puis dans la présence physique et spirituelle, dimanche dernier. Nous ne nous attendions pas à ce que le pape en personne puisse venir nous trouver dans la paroisse: le jour même de sa visite, quelqu’un se demandait si tout ce qui était en train d’arriver était vrai! Les paroissiens se sont sentis vraiment honorés par sa présence !

Comment les différentes réalités ecclésiales de la paroisse, que Benoît XVI a citées, se sont-elles préparés à vivre cet évènement ?

La préparation a eu lieu d’abord du point de vue matériel : nous avons cherché à rendre « beaux » non seulement l’église mais aussi tout l’environnement de la paroisse, et ceci a coûté beaucoup d’efforts aux nombreux volontaires, qui ont investi leur temps et leur énergie pour atteindre cet objectif. La préparation a eu lieu également du point de vue de la formation, dans le cadre des célébrations dominicales, dans des groupes et à travers une catéchèse communautaire qui a éclairé les fidèles sur le rôle du pape, signe concret de l’unité de l’Eglise.

Comment l’équipe paroissiale a-t-elle vécu la rencontre avec son évêque ?

La rencontre entre l’évêque et les prêtres a été aussi naturelle que nous pouvions l’imaginer. Le pape s’est informé des activités de la paroisse, de la qualité des rencontres, de la réponse des fidèles. Et durant la visite, il semblait presque qu’ils s’étaient rencontrés de nombreuses fois déjà par le passé. Entre le pape et ses prêtres, il y avait une grande familiarité. Durant les brèves heures de sa visite, Benoît XVI s’est souvent tourné vers le curé, le P. Giampaolo Perugini, pour s’informer, pour en savoir plus sur un enfant qu’il venait de saluer, ou sur la situation de la paroisse. Un climat de grande cordialité, de sincérité, de fraternité dans la foi.

Dans son homélie, Benoît XVI a dit : "Votre église, bâtie sur les hauteurs du quartier, avec un clocher qui s’élance comme une flèche vers le ciel, vous rappelle que l’Evangile doit être communiqué, annoncé à tous". Comment avez-vous accueilli ces paroles et comment entendez-vous poursuivre cette mission ?

Je pense justement que ces paroles du pape ne seront pas oubliées. Et c’est probablement de là que partira la prochaine saison pastorale, qui ne pourra pas faire abstraction de l’Année de la foi, promulguée justement par Benoît XVI. La foi, nous le savons, ne peut pas rester enfermée entre les murs d’une église. Lorsque l’on reçoit une bonne nouvelle, on s’empresse de la partager avec les personnes que l’on aime, il en va de même pour l’Evangile: si nous croyons vraiment qu’il est un instrument indispensable pour le salut, il doit être annoncé, témoigné.

Propos recueillis par Salvatore Cernuzio

Traduction d’Anne Kurian