L'évêque est d'abord au service de Dieu

Pour "inviter les hommes à la rencontre avec le Christ"

| 934 clics

Anne Kurian

ROME, jeudi 20 septembre 2012 (ZENIT.org) – « On ne peut pas être au service des hommes, sans être d’abord serviteurs de Dieu », souligne Benoît XVI, invitant les évêques à « vivre en présence du Seigneur ».

Le pape a reçu les évêques de récente nomination qui participaient à un Congrès promu par les Congrégations pour les évêques et pour les Eglises orientales, ce 20 septembre 2012, au palais apostolique de Castelgandolfo. Il les a notamment encouragés à « être audacieux pour inviter les hommes de toute condition à la rencontre avec le Christ ».

Le cardinal Marc Ouellet, préfet de la Congrégation pour les évêques et le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales, étaient présents.

Serviteurs de Dieu

Le pape voit dans ce congrès une occasion de « faire l’expérience concrète de la communication et de la communion » entre les évêques et de « nourrir le sens de la responsabilité envers toute l’Eglise ».

En tant que « membres du collège épiscopal », en effet, les évêques doivent « toujours avoir une sollicitude spéciale pour l’Eglise universelle, en premier lieu en promouvant et défendant l’unité de la foi », rappelle-t-il, précisant que cette mission doit être faite « en collaboration avec le Successeur de Pierre ».

Pour Benoît XVI, leur « préoccupation prioritaire » doit être de « promouvoir et soutenir » la nouvelle évangélisation, travaillant à faire « redécouvrir la joie de croire » et « retrouver l’enthousiasme de communiquer la foi ».

En outre, les évêques doivent « favoriser et nourrir la communion et la collaboration entre toutes les réalités de leurs diocèses » car l'évangélisation, est l’œuvre « du Peuple de Dieu en son entier », chaque fidèle « doit se sentir responsable de l’annonce et du témoignage de l’Evangile », insiste le pape.

Concrètement, l’évêque, qui est « premier témoin de la foi », est appelé à « offrir l’exemple d’une vie vécue dans l’abandon confiant en Dieu » : pour être un « maître et héraut de la foi qui fasse autorité », il doit « vivre en présence du Seigneur ».

« On ne peut pas être au service des hommes, sans être d’abord serviteurs de Dieu », souligne Benoît XVI à ce propos, exhortant les évêques à « assimiler chaque jour la Parole de Dieu dans la prière et l’Eucharistie, pour puiser dans ce double repas la sève de leur ministère ».

Il en va de la crédulité de leur mission : la foi en effet « exige des témoins crédibles, qui se confient dans le Seigneur et s’en remettent à lui », fait remarquer le pape.

Proches des familles

Il les invite également à puiser dans le « patrimoine de doctrine, de spiritualité et de sainteté » de l’Eglise et à « rendre compte de l’espérance qui est en eux » à ceux qui sont « en recherche de la foi ou du sens ultime de la vie ».

Il s’agit, précise-t-il, de travailler pour « présenter à tous, selon les différents états et conditions de vie, les contenus essentiels de la foi, de façon systématique et organisée, pour répondre aux interrogations que pose notre monde technologique et mondialisé », non pas « de façon décorative », mais de façon « vitale, en profondeur et jusque dans leurs racines ».

Les évêques ont la responsabilité d’être « proches de leurs prêtres, avec cet amour paternel qui sait soutenir, encourager et pardonner », poursuit le pape, en insistant sur le « soin spécial » à apporter aux séminaristes, afin qu’ils soient « formés humainement, spirituellement, théologiquement et pastoralement ».

En effet, explique-t-il les prêtres sont les « premiers et précieux collaborateurs » des évêques pour « porter Dieu aux hommes et les hommes à Dieu ».

Les évêques doivent aussi être « attentifs aux pauvres et aux souffrants, pour les soutenir et les consoler », ainsi que pour « orienter ceux qui ont perdu le sens de la vie ».

Enfin, ils doivent être « particulièrement proches des familles », ajoute Benoît XVI : il s’agit pour eux d’aider les parents à être « les premiers éducateurs de la foi de leurs enfants » et d’aider les enfants et les jeunes à « construire leur vie sur le roc solide de l’amitié avec le Christ ».

Le pape encourage par ailleurs à utiliser le Catéchisme de l’Eglise catholique, « norme sûre pour l’enseignement de la foi et la communion dans l’unique credo » : « la réalité dans laquelle nous vivons exige que le chrétien ait une solide formation », fait-il observer.