« L’homme atteint sa beauté quand il s’identifie à Dieu », disait Jean-Paul II

La Lettre aux artistes fête ses dix ans

| 1804 clics

ROME, Mercredi 29 avril 2009 (ZENIT.org) - L'archevêque de Madrid, le cardinal Antonio María Rouco Varela, a présidé dimanche, dans la capitale espagnole, une messe en la basilique San Miguel, à l'occasion du dixième anniversaire de la Lettre de Jean-Paul II aux artistes.

« L'homme atteint sa beauté lorsqu'il s'identifie à Dieu », a souligné le cardinal Rouco dans son homélie, expliquant aux fidèles que «  s'ouvrir à la beauté dans le monde » nécessite « une vie de lutte contre le péché ».

L'homme qui connaît Jésus Christ, « le plus beau des hommes, arrive à connaître la splendide expression de la gloire de Dieu et la fait sienne », a-t-il ajouté.

Selon le cardinal, « l'homme est né pour la beauté » et « la mission de l'Eglise est de faire en sorte que les hommes vivent leur vie de manière à atteindre la beauté glorieuse du Fils de Dieu fait homme, mort et ressuscité pour nous ».

C'est en ce sens, a-t-il dit, que « chaque homme a la vocation d'un artiste et de vivre de la beauté de Dieu ». Pour lui la personne humaine est une personne « qui a connu la beauté de Dieu et veut s'en laisser imprégner ».

Le chrétien, a-t-il poursuivi, est celui qui « veut vivre cette expérience au maximum de ses potentialités et arriver à Dieu en se servant du moyen le plus proche, qui est Jésus Christ ». « La beauté de Dieu se transmet à travers la merveille des sacrements de l'Eglise ».

Le cardinal Rouco a enfin souligné que la Lettre aux artistes dévoile « toute la richesse et la beauté du don que nous avons reçu en étant chrétiens et toute la possibilité de faire le bien que nous avons ».

A la fin de la messe, des artistes de différentes expressions ont lu le texte de la Lettre aux artistes.

Le document, paru en 1999, explique que les œuvres d'art reflètent la splendeur de l'esprit et exhorte les artistes à mettre leur talent au service de toute l'humanité.

Il propose, entre autres, un dialogue entre l'expérience religieuse et l'expérience artistique, et invite à réfléchir sur le dialogue intime et fécond entre les Ecritures et les différentes expressions de l'art, qui ont donné vie à une multitude de chefs-d'œuvre.