L'hôpital, espace privilégié d'annonce de la foi

Où la charité est la « première chaire », par Mgr Zimowski

| 1013 clics

Anne Kurian

ROME, vendredi 19 octobre 2012 (ZENIT.org) – L’hôpital est « un espace privilégié d’évangélisation », où la charité du Bon Samaritain est la « première chaire » et « le visage de l’homme qui souffre est le visage même du Christ », estime Mgr Zimowski. 

Lors du synode des évêques sur la nouvelle évangélisation, deux Pères synodaux se sont arrêtés sur la pastorale particulière auprès des malades : il s’agit de Mgr Zygmunt Zimowski, président du Conseil pontifical pour la pastorale de la santé, et du P. Renato Salvatore, M.I., Supérieur général des Camilliens.

L'hôpital, espace privilégié d'évangélisation

Mgr Zimowski, qui est intervenu le 16 octobre au matin pour la 13e congrégation générale, a souligné que « le monde de la souffrance et de la maladie dans ses différentes articulations » constituait « un domaine spécifique et un chemin incontournable d’évangélisation ».

Ce domaine « exige donc d’être constamment revu », a ajouté le président du dicastère, évoquant à ce sujet le défi actuel du « dialogue avec la science et la biotechnologie appliquée » où se joue « la possibilité même d’un développement humain intégral ».

Selon l’archevêque, l’hôpital est « un espace privilégié d’évangélisation » : dans cette évangélisation de particulière, la charité du Bon Samaritain est la « première chaire » et « le visage de l’homme qui souffre est le visage même du Christ ».

Dans ce contexte, « le travail de soigner n’est pas un métier mais une mission », a-t-il estimé, appelant l’Église à « témoigner de façon éloquente et toujours actuelle cette diaconie de la charité ».

Le champ d’action de cette pastorale spécifique est par ailleurs très large, a-t-il fait remarquer, citant « les rapports avec les différentes figures professionnelles du domaine sanitaire (y compris les politiques travaillant sur les questions bioéthiques), la rencontre personnelle avec les personnes marquées par le mystère de la douleur, la pastorale dans les paroisses, le monde bigarré du volontariat, les Sanctuaires ».

Soulager la souffrance et le soin des infirmes

Pour le P. Salvatore, qui a pris la parole au cours de la 6e congrégation générale, le 11 octobre après-midi, cette mission auprès des malades a un aspect très concret : elle comprend aussi « l’engagement à soulager la souffrance et le soin des infirmes »

En outre, elle relève de la nature même de l’Eglise, comme « communauté de personnes “guéries” par le Seigneur ».

Cette communauté devient donc « une communauté “guérissante” », a-t-il ajouté, où le Christ, « médecin des âmes et des corps, offre la santé/le salut à l’homme dans la totalité de ses dimensions: corps, psyché et esprit ».

« L’attention envers les malades est essentielle dans la mission évangélisatrice de l’Église par fidélité à Jésus qui “parcourait toutes les villes et les villages... proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie et toute langueur” (Mt 9, 35) », a insisté le P. Salvatore.