L’idéal monastique d’Eusèbe de Verceil : catéchèse hebdomadaire

« Recevoir de Jésus seul, les authentiques valeurs à vivre »

| 2417 clics

ROME, Mercredi 17 octobre 2007 (ZENIT.org) – Le pape Benoît XVI a évoqué « l’idéal monastique » du saint évêque Eusèbe de Verceil dans sa catéchèse hebdomadaire, place Saint-Pierre.



« Les lettres qu’il a laissées mettent en évidence la profonde affection qu’il avait pour son peuple. Saint Ambroise souligne avec admiration qu’Eusèbe gouverna son diocèse avant tout par le témoignage d’une vie sainte, habitée par l’idéal monastique de la contemplation de Dieu que son clergé, tout en vivant au cœur de la cité, était lui aussi invité à vivre », faisait observer le pape en français.

Le pape insistait sur cette « empreinte monastique » qui, disait-il, « a marqué d’un sceau particulier son action, invitant les fidèles à ne pas considérer le monde comme une demeure définitive, mais à désirer la Cité future, la Jérusalem du Ciel et à recevoir de Jésus seul, les authentiques valeurs à vivre ».

Benoît XVI rappelait que saint Eusèbe de Verceil est « le premier évêque de l’Italie du Nord sur lequel nous ayons des données sûres ».

Le pape résumait ainsi la vie d’Eusèbe : « Né en Sardaigne et ayant grandi à Rome, il est élu sur le siège de Verceil en 345, en raison de la grande estime dont il jouissait. Il s’attachera à évangéliser les campagnes encore largement païennes et fondera une communauté sacerdotale sur un modèle monastique d’où sortiront d’importants et saints évêques ».

« Condamné à l’exil pendant cinq ans en raison de son opposition à la politique de l’empereur favorable à l’arianisme, il continuera de garder un lien épistolaire avec ses fidèles du Piémont avant de retrouver sa communauté et de la servir jusqu’à sa mort, dix ans plus tard », ajoutait le pape.

Toujours en français, Benoît XVI adressait cette salutation et cette exhortation : « Je salue les pèlerins francophones, particulièrement le groupe du diocèse de Créteil accompagné de l’Évêque nommé, Monseigneur Santier, ainsi que les pèlerins de l’Île de la Réunion et de Monaco. À la suite de saint Eusèbe, je vous invite à porter le salut et l’estime du successeur de Pierre à tous ceux que vous aimez et qui sont en dehors de l’Église ».