L’image des demandeurs d’asile: le Vatican interpelle les consciences

Intervention de Mgr Migliore à New York

| 447 clics

CITE DU VATICAN, Mercredi 5 novembre 2003 (ZENIT.org) – Le Saint-Siège déplore que "certains médias ou personnalités politiques considèrent les demandeurs d'asile, réfugiés ou apatrides comme suspects ou dangereux", affirme le représentant du Saint-Siège à l’ONU. Il préconise entre autres le " regroupement familial".



Mgr Celestino Migliore, observateur permanent du Saint-Siège aux Nations Unies, à New York, a pris la parole devant l’assemblée générale de cette organisation, mardi dernier, 4 novembre, à New York à propos du rapport du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés et Populations déplacées (UNHCR). Nous reprenons la synthèse du Vatican Information Service.

"Il est préoccupant de voir l'UNHCR signaler que certains médias ou personnalités politiques considèrent les demandeurs d'asile, réfugiés ou apatrides comme suspects ou dangereux. Une telle position contribue malheureusement à en faire des sujets d'humiliations, de persécutions ou de violences", déplore le représentant du Vatican.

"Le Saint-Siège connaît parfaitement les problèmes des réfugiés et des populations déplacées, immigrés et apatrides", rappelle Mgr Migliore.

"Grâce à ses organismes, l'Eglise catholique a accumulé une grande expérience en travaillant auprès de ces catégories", ajoute Mgr Migliore qui rappelle: "Cette réalité touche aujourd'hui des millions de personnes".

"Par le biais des Conseils pontificaux Cor Unum et pour les Migrants, de la Caritas Internationalis et d'autres organismes, le Saint-Siège coopère avec d'autres institutions. Elle soutient les efforts de l'UNHCR pour protéger la dignité humaine des réfugiés et garantir leurs droits fondamentaux et le regroupement familial".