L’immigration est avant tout une « ressource » pour l’humanité, affirme le pape

Journée mondiale du Migrant et du Réfugié

| 1682 clics

ROME, Dimanche 14 janvier 2007 (ZENIT.org) – A l’occasion de la Journée mondiale du Migrant et du Réfugié, le pape Benoît XVI a affirmé que les migrants, et en particulier « la famille migrante », sont une « ressource » importante pour l’humanité.



Dans le cadre de sa méditation avant la prière de l’Angélus, ce dimanche, à midi, en présence des pèlerins rassemblés place Saint-Pierre, le pape a rappelé le thème qu’il a choisi cette année pour cette Journée : La famille migrante.

« La réalité des migrations ne doit jamais être vue uniquement comme un problème mais également et surtout comme une ressource importante pour la marche de l’humanité », a déclaré Benoît XVI.

Le pape a expliqué que la famille migrante est une ressource à certaines conditions : « si elle est respectée en tant que telle, si elle ne subit pas de déchirements irréparables et si elle peut demeurer unie ou se réunir et accomplir sa mission de berceau de la vie et de premier lieu d’accueil et d’éducation de la personne humaine ».

Benoît XVI a invité les fidèles à tourner leur regard vers la sainte Famille de Nazareth, fuyant la persécution d’Hérode, pour entrevoir la « douloureuse condition de tant de migrants, spécialement des réfugiés, des exilés, des personnes déplacées, des persécutés ».

« Reconnaissons en particulier les difficultés de la famille migrante en tant que telle : les ennuis, les humiliations, la pauvreté, la fragilité », a demandé le pape.

Benoît XVI a cité des estimations récentes des Nations Unies selon lesquelles « les migrants pour raisons économiques sont aujourd’hui près de 200 millions, les réfugiés environ 9 millions, et les étudiants internationaux environ 2 millions ».

« A ce grand nombre de frères et sœurs nous devons ajouter les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays, les personnes en situation irrégulière, en tenant compte du fait que chacun possède, d’une manière ou d’une autre, une famille », a ajouté le pape.

« Il est donc important de soutenir les migrants et leurs familles au moyen d’une protection législative, juridique et administrative spécifique, et également à travers un réseau de services, de centres d’écoute et de structures d’assistance sociale et pastorale », a exhorté le pape.

Benoît XVI a par ailleurs rappelé que « la personne humaine doit (…) toujours être placée au centre, également dans le vaste domaine des migrations internationales. Seuls le respect de la dignité humaine de tous les migrants, d’un côté, et la reconnaissance par les migrants eux-mêmes des valeurs de la société qui les accueille, de l’autre, rendent possible la juste intégration des familles dans les systèmes sociaux, économiques et politiques des pays d’accueil ».

Le pape a conclu en évoquant la patronne des migrants, sainte Francesca Saverio Cabrini (1850-1917), religieuse italienne qui fonda les missionnaires du Sacré Cœur et offrit une assistance extraordinaire aux immigrés, aux Etats-Unis (elle prit la nationalité américaine), et en Amérique latine.