L'importance de consacrer le monde au Coeur immaculé de Marie

Par le P. Carlos Cabecinhas, recteur du sanctuaire de Fatima

Rome, (Zenit.org) H. Sergio Mora | 1776 clics

A la veille de la consécration du monde au Cœur Immaculée de Marie par le pape François, dimanche 13 octobre, au pied de la statue de la Vierge de Fatima, transférée du Portugal à Rome pour l’occasion,  le recteur du sanctuaire Notre-Dame de Fatima, le père Carlos Cabecinhas, confie aux lecteurs de Zenit l’importance de ce geste et la force de la prière, pour le monde et pour le pape.

Zenit - Comment est née cette idée du pape  François?

P. Carlos Cabecinhas - L’invitation du pape est un grand honneur pour le sanctuaire et nous espérons qu’il le soit aussi pour tous les dévots de Notre Dame du Rosaire de Fatima. A la demande d’abord du pape Benoît XVI, puis du pape François, nous portons à Rome la statue officielle de la Vierge de Fatima, celle qui est vénérée dans la Capelinha das Aparições (Petite chapelle des Apparitions). Ce sera la première fois que la statue ne se trouvera pas à Fatima durant un grand pèlerinage et anniversaire, sachant que la célébrons toujours entre mai et octobre les 12 et 13 du mois. Les pèlerins ont compris l’importance de l’invitation du pape, pour la diffusion du message de Fatima. Les fidèles ont donc accueilli la nouvelle de son déplacement avec joie. Durant les journées où la Vierge sera à Rome, c’est la première statue pèlerine de Fatima, celle qui a fait le tour du monde dans la première décennie des années 40, qui sera exposée dans la Chapelle des Apparitions.

Pourquoi le pape veut-il consacrer le monde au Cœur Immaculée de Marie ? De quelle façon vous a-t-il communiqué sa décision?

Cette demande vient du désir du pape d’avoir à Rome la statue de la Vierge de Fatima pour la Journée mariale de l’Année de la foi, une statue qui est expression de la dévotion mariale du monde catholique. L’évêque du diocèse de Leiria-Fátima, António Marto, a été informé qu’au terme de l’Eucharistie du 13 octobre le pape François aurait fait cette consécration du monde.

Le pape avait déjà voulu consacrer son pontificat à Marie le 13 mai dernier...

Oui, c’est exact, le pape François avait fait part au patriarche de Lisbonne,  le cardinal José Policarpo, de son désir de consacrer son nouveau ministère à la Vierge de Fatima. « Le pape François, à deux reprises, m’a demandé de consacrer son nouveau ministère à Notre Dame de Fatima. C’est un mandat que l’on ne peut réaliser que dans le silence de la prière. Mais ça serait bien que toute la conférence épiscopale s’associe à la réalisation de cette demande. Marie nous guidera dans tous nos travaux mais aussi dans l’accomplissement de ce désir du pape », a dit le cardinal Policarpo. Le moment de la consécration auquel « tout le peuple de Dieu » était invité a eu lieu au terme de l’Eucharistie internationale du 96ème pèlerinage, le jour de l’anniversaire de la première apparition de Marie à Fatima, le 13 mai dernier, au sanctuaire.

Quelle est la signification d’une consécration à Marie ?

Consacrer à la Vierge le ministère papal signifie s’abandonner à Elle avec confiance, afin qu’elle l’aide, le protège et le guide ; afin que la Vierge soit son modèle dans sa remise Dieu, dans l’écoute attentive de  sa Parole, dans sa disponibilité à faire sa volonté, dans sa docilité envers l’Esprit Saint, dans la prière. Le pape François, conscient de la difficulté et des exigences de la mission qui lui a été confiée, sent le besoin de l’aide maternelle de Notre-Dame. En tant que pape, il poursuit dans l’Eglise le ministère de Pierre, comme celui qui préside dans la charité la communion des Eglises. Si Dieu est le vrai principe et fondement de l’unité de l’Eglise, le successeur de Pierre a pour mission de rendre visible, par son ministère, Dieu, principe et fondement de l’unité de la foi et de la communion ecclésiale. Et cette mission qu’il a  est un véritable « ministère », autrement dit un service, dans les pas de Jésus, venu non pas pour être servi mais pour servir. Le pape est le « serviteur des serviteurs de Dieu », au service de l’Eglise pour l’unité, la vérité et la charité. C’est une mission impossible à réaliser avec ses seuls forces, c’est pourquoi François a demandé de consacrer à la Vierge son ministère.

La Vierge de Fatima a demandé aux trois pastoureaux de consacrer la Russie et le monde à son Cœur immaculée. Quel était le contexte historique? 

Notre-Dame de Fatima a demandé de consacrer la Russie et le monde à son Cœur Immaculée, comme voie pour obtenir la paix dans un monde affligé par les guerres, qui a vu émerger des régimes qui professaient un athéisme militant et visait à expulser Dieu de l’horizon des hommes.

Ces gestes de consécration ont déjà eu lieu par le passé ? Combien de fois et par qui ?

Le pape Pie XII consacra plusieurs fois le monde à Marie, mais c’est Jean-Paul II qui, en 1984, au pied de la statue de Notre Dame de Fatima, à Rome, consacra le monde et la Russie à son Coeur immaculé, en communion avec les évêques du monde entier. Puis la voyante Lucie confirma que l’acte de consécration répondait à la demande de la Vierge. En 2000, durant le Jubilé des évêques, Jean-Paul II  consacra le nouveau millénaire à Marie, toujours au pied de son effigie, à Rome. 

Comment le monde a-t-il été changé après la consécration au Cœur immaculé de Marie ? Après la dernière veillée de prière et de jeûne pour la paix en Syrie, convoquée par le pape François, il est évident que le panorama mondial est différent...

Le Saint-Père a vraiment été inspiré par Dieu de demander ce moment universel et de jeûne, pour la force de la prière en soi et parce que cela a attiré l’attention du monde sur cette tragédie humaine. Ce samedi-là j’ai vu de mes propres yeux que l’appel du pape avait été accueilli avec ferveur par les pèlerins chrétiens dans ce sanctuaire. Toutes les messes et tous les chapelets prévus dans le programme officiel étaient destinés à la paix en Syrie, au Moyen Orient et dans le monde. Le point d’orgue ici à Fatima fut la veillée de prière qui s’est déroulée en présence d’un grand groupe de pèlerins provenant de divers pays, dans la Chapelle des Apparitions, présidée par l’évêque de Leiria-Fatima.

Cette veillée fut un moment intense, vraiment, qui nous a fait sentir en union avec le Saint-Père à Rome, mais aussi avec toutes les personnes frappées par le fléau de la guerre et avec tous les chrétiens du monde qui ont accueilli l’invitation de François. La prière est une arme puissante et son efficacité « unique » car garantie par Dieu, c’est l’arme des pauvres et des pacifiques qui savent que la violence n’apporte jamais la paix ou l’harmonie. La prière est la seule voie qui conduit à l’unité et la paix. Ceci est une des dimensions du message de Fatima à laquelle on ne saurait renoncer: l’appel constant à la prière, qui nous aide à réaliser combien celle-ci est puissante et importante.

Traduction d'Océane Le Gall