L’invitation de Benoît XVI à la grande synagogue de Rome tient toujours

Le retour au calme après la tempête

| 2096 clics


ROME, Jeudi 5 février 2009 (ZENIT.org) -  Le grand rabbin de Rome Riccardo Di Segni maintient son invitation faite au pape Benoît XVI en 2006 de se rendre en visite à la synagogue de Rome.

Un signe que, « en coulisse », par les contacts directs, les tensions s'apaisent, soulignent des observateurs bien informés, après le scandale provoqué par le négationnisme exprimé par un « évêque », qui ne dépend pourtant pas de l'Eglise catholique, comme la secrétairerie d'Etat a précisé dans une « Note » du 4 février.

Une visite serait « un signe de détente clair et sans équivoque » a déclaré le grand rabbin au site « Petrus » la semaine dernière.

Mgr Richard Williamson, de la Fraternité Saint-Pie X, avait nié, dans un entretien à la télévision suédoise, l'existence des chambres à gaz ayant entraîné la mort de millions de juifs. Le supérieur de la Fraternité lui a depuis ordonné le silence.

Or, lorsque la Congrégation romaine pour les évêques a levé l'excommunication qui le frappait ainsi que les trois autres évêques ordonnés de façon illicite par Mgr Lefebvre en 1988, le pape Benoît XVI n'avait aucunement connaissance des positions négationnistes de l'évêque séparé de Rome, a également précisé hier la « Note » de la Secrétairerie d'Etat.

Le pape a réaffirmé la position de l'Eglise et la sienne sur la Shoah dès le 28 janvier (cf. Zenit des 28 janvier) condamnant les positions négationnistes ou réductionnistes comme absolument « inacceptables ».

Mais il s'est avéré difficile de faire comprendre à l'opinion publique scandalisée que la levée de l'excommunication n'est pas une « réintégration » mais seulement une mesure « de miséricorde » qui lève une sanction pour permettre un dialogue.

C'est un peu comme si, mutatis mutandis (car le parallèle s'arrête là !), la levée de la « mémoire » des excommunications (les excommunications s'éteignent avec les excommuniés) entre orthodoxes grecs et catholiques avait fait ipso facto entrer tous les catholiques dans l'Eglise orthodoxe ou vice-versa.

Rappelons que le lundi 16 janvier 2006, le pape Benoît XVI avait reçu au Vatican une délégation de la communauté juive de Rome et à cette occasion, le grand rabbin Riccardo Di Segni avait invité officiellement le pape à se rendre à la synagogue.

Le pape avait saisi cette occasion pour condamner à nouveau toute forme d'antisémitisme (cf. Zenit du 16 janvier 2006).