L'Italie se dote d'un Observatoire de la liberté religieuse

Le sociologue Massimo Introvigne nommé coordinateur

| 1150 clics

Traduction d'Océane Le Gall

ROME, vendredi 22 juin 2012 (ZENIT.org) – Après les Etats-Unis, le Canada et d’autres pays, l’Italie se dote d’un Observatoire de la liberté religieuse, dont l’objectif est de contrôler et contrecarrer les atteintes à la liberté religieuse dans le monde, à commencer dans les zones dites « à risque » où les minorités sont persécutées.

Cette initiative conjointe du ministère italien des Affaires étrangères et de Rome-Capitale sera  présentée le 28 juin prochain au matin à Rome par l’association de la presse étrangère, en présence de l’archevêque de Baltimore, Mgr William Lori, qui interviendra sur les fondements de la liberté religieuse et les menaces qui pèsent sur elle en occident aussi.

Le protocole institutionnel de l’Observatoire prévoit la nomination de quatre membres et d’un coordinateur par le ministre des affaires étrangères et le maire de Rome. Les quatre membres sont deux diplomates dotés d’une longue expérience en matière de droits de l’homme, Diego Brasioli et Roberto Vellano, et deux hauts représentants d’organisations non gouvernementales, Attilio Tamburrini, depuis des années rédacteur principal des rapports périodiques sur la liberté religieuse de l’Association Aide à l’Eglise en Détresse (AED), et Roberto Fontolan.

Comme coordinateur, le ministre des affaires étrangères Giulio Terzi et le maire de Rome Gianni Alemanno ont choisi le sociologue turinois Massimo Introvigne, citant son expérience de 2011 auprès de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE), où il était un représentant de la lutte contre le racisme et la discrimination contre les chrétiens et les membres d’autres religions.

« Mon expérience à l’OSCE,  explique Massimo Introvigne, a confirmé le rôle leader de l’Italie dans  la promotion de coalitions qui interviennent, parfois publiquement et parfois discrètement, quand la liberté religieuse est menacée ».

L’Italie, par exemple, a beaucoup aidé à empêcher qu’Asia Bibi, la mère de famille pakistanaise chrétienne condamnée à mort pour soi-disant blasphème, ne soit exécutée.

L’Observatoire donnera un caractère systématique à cette action en se faisait la voix des persécutés religieux qui n’en ont pas, à commencer celle des chrétiens qui, chaque dimanche, au Nigeria, risquent leur vie tout simplement parce qu’ils vont à la messe ».