L'objection de conscience héroïque d'un policier italien

Il y a 67 ans, le sacrifice de Giovanni Palatucci

| 2160 clics

ROME, vendredi 10 février 2012 (ZENIT.org) – « La figure de l’œuvre de Giovanni Palatucci, loin de s’atténuer, grandit au fil du temps », a fait remarquer le regretté Père Piersandro Vanzan, sj, en 2004, à l’occasion de la conclusion de la première étape de la béatification du policier italien qui pourrait être considéré comme un martyr de l’objection de conscience. Il a placé par dessus tout « la défense du droit à la vie » des juifs persécutés.

Qu’un policier, qu’un questeur, désobéisse, au nom de sa conscience et le paie de sa vie, voilà l’exemple peu commun de ce jeune Italien mort à Dachau le 10 février 1945, à 36 ans, victime de la faim et des sévices, après avoir sauvé quelque 6 000 juifs.

De la critique à l’objection active

Il avait critiqué la bureaucratie de la police italienne de l’époque, en confidence, avec un journaliste. Cette imprudence lui valut d’être muté de Gênes à Fiume, aujourd’hui Rijeka, en Croatie, à la veille du déchaînement de haine national-socialiste contre les juifs d’Europe. Il allait se révéler un instrument de la Providence pour les réfugiés qui fuyaient la persécution et voulaient rejoindre la Suisse puis Israël : il est assigné au Bureau des étrangers !

Le questeur en titre de Fiume avait fui, après l’armistice du 8 septembre 1943. L’Italie devenait un « allié occupé » de l’Allemagne nazie. Palatucci assume donc la charge de questeur « régent », qui lui permet de fournir des vrais papiers et de fausses identités aux familles persécutées et notamment aux familles juives. Le ministère italien de l’Intérieur a publié, en 2002, un volume en hommage à Palatucci, préfacé par le cardinal Camillo Ruini, alors vicaire du pape pour Rome. Le livre, intitulé « Le policier qui a sauvé des milliers de juifs », souligne son courage « exceptionnel ». Il assume alors en quelque sorte « la responsabilité de défendre la dignité de l’Italie et d’exercer les fonctions de police de la façon la plus haute, qui est de placer au-dessus de tout la défense du droit à la vie menacée par des actes criminels d’où qu’ils viennent ».

Une inspection qui eut lieu du 19 au 23 juillet 1943 atteste – on est à la veille de la chute du fascisme – que « la situation du Bureau des étrangers est catastrophique », que Palatucci est « inefficace », et que « le bureau ne s’est jamais occupé de suivre l’étranger avec vigilance ». L’inspecteur du ministère italien lui reproche de ne pas « connaître les normes qui règlementent ce service » et son manque « d’intérêt ».  Il conclut sur le caractère « indispensable » et « urgent » d’une « révision du fichier » de tous les étrangers encore résidents dans la province. Le Commissaire se défend, prétextant de manquer de moyens pour le faire, face à l’augmentation notable du travail.

Une certaine idée de la police

La vérité est ailleurs. Le ministère italien de l’Intérieur explique le système Palatucci: « Le désordre du fichier est un stratagème de Giovanni pour pouvoir accomplir plus tranquillement son activité en faveur des juifs. Pour laisser ouverte une porte de salut, à l’insu des autorités italiennes et allemandes, il était indispensable qu’il n’y ait pas officiellement de « données » ni de « nouvelles » sur les réfugiés de religion juive résidents dans la ville et dans la province ».

Alberino Palumbo, du bataillon spécial de la Sécurité publique, devenu son confident et complice dans le bien, a témoigné que « la première préoccupation de Palatucci était d’accueillir les jeunes apeurés en transit à Fiume, de les rassurer sur leur avenir, leur garantissant qu’il les aurait protégés des Allemands ». Il prend position contre les violences faites par les troupes allemandes et croates.

Mais peu à peu le contrôle de l’Occupant s’étend à toute la vie publique, économique, politique. La Gestapo et les SS s’activent. Palatucci confie à Palumbo son idée de la police: « La Police est vie, cette vie qui sert à aider le prochain et à secourir ceux qui ont dans le besoin ». C’était déjà sa position contre la bureaucratie, lorsqu’il était à Gênes.

Mais lorsque l’Italie perd toute souveraineté, son action est encore plus radicale : il détruit toute la documentation concernant les juifs conservée dans différents bureaux de la Questure. Il réitère son ordre à l’employé du fichier de l’informer à chaque fois que les SS demanderont des documents concernant des citoyens juifs. Il se donne ainsi une marge de manoeuvre pour leur procurer des papiers - des attestations d’aryanité ! - et conduire les familles en lieu sûr, organiser leur fuite soit vers Campagna, dans la région de Naples, où son oncle, évêque, veille sur ses protégés, vers des couvents, des monastères, des instituts religieux, des familles italiennes, ou bien vers Bari et derrière les lignes des Alliés.

Plus de juifs à Fiume

Lorsque, dans le cadre de la « Solution finale » – décidée à Wannsee le 20 janvier 1942 –, l’ordre arrive de Berlin, en août 1944, de rafler tous les juifs de Fiume, ils ont déjà « disparu » ! Les soupçons nazis se portent rapidement vers Palatucci. Mais ils ne perçoivent pas tout de suite à quel point ils ont été bernés. En tant que chargé de la police de l’immigration, il a si bien caché son jeu que le SS Hoepener donne l'ordre de l'arrêter "pour avoir maintenu un contact avec le service de renseignement ennemi". Il ignore qu’il a aidé des milliers de juifs à s’enfuir, a expliqué à Zenit le postulateur, le P. Gianfranco Zuncheddu.
 Puis sa condamnation à mort est commuée en déportation à Dachau.

A Ramat-Gan, près de Tel-Aviv, une rue lui a été dédiée dès 1953. La cérémonie a eu lieu en présence de ses deux oncles, Mgr Giuseppe Maria Palatucci - complice de ses « sauvetages » - et Alfonso Palatucci, franciscain conventuel : 36 arbres y symbolisaient ses 36 années de vie offerte pour en sauver des milliers. C’était une première reconnaissance qui aboutit au titre de « Juste parmi les Nations », attribué par le mémorial de la Shoah de Yad Vashem en 1990. Amos Luzzato, président de l’Union des communautés juives italienne (UCEI) a pu écrire que Palatucci « est allé au-delà du commandement d’aimer son prochain comme soi-même, parce qu’il l’a aimé plus que lui-même ».

« A Dachau par amour », c’est aussi le titre choisi par Goffredo Raimo, l’historien italien qui a écrit la première biographie de Palatucci, en 1989.

C’est l’amour qui a suscité en lui cette capacité de désobéissance civique extrême, sous un régime injuste, inhumain, féroce. Qui lui inspire de mettre tout son savoir faire et son ingéniosité de policier fin limier pour déconstruire de l’intérieur les mécanismes de la machine de l’extermination, jusqu’à la faire tourner dans le vide. C’est le ressort qui lui donne de tisser patiemment et prudemment des réseaux, avec l’ambassade suisse, avec le tissu de l’Eglise et la Résistance. Et qui lui donne de « rester », même lorsque qu’un tendre sentiment naît entre lui et d’une jeune fille juive, Mika Heisler. Il réussira à la faire passer en Suisse avec sa mère et elles émigreront en Israël. Mais lui, choisit une « héroïque fidélité à sa mission oblative », mettant entre parenthèse une perspective de bonheur à venir au service de la vie présente de ses contemporains persécutés.

Lorsque Palatucci est arrêté, il fait prévenir Pietro Capuozzo, brigadier de la Sécurité publique. Il se trouve déjà dans un wagon en partance pour l’Allemagne, lorsque son ami se précipite à la gare. Le « Commissaire » Palatucci l’aperçoit. Il lui lance un billet en disant: « Capuozzo, fais ce que demande ce jeune homme : avertis sa mère qu’il est en train de partir pour l’Allemagne. Adieu ». Capuozzo ramasse le billet avant de s’éloigner pour le lire : les gardes armés veillent sur les wagons chargés de déportés.  Libera, la veuve de Capuozzo, a raconté à Goffredo Raimo ce témoignage sur le départ du convoi pour Dachau : « Le train partit. Mon mari lut le billet en dehors de la gare. Il y avait une adresse, à Trieste. C’est moi qui suis allée apporter la nouvelle à cette pauvre maman. Palatucci n’a jamais pensé à lui-même, mais toujours aux autres ».

Martyr de l’amour

Pour Mgr Zuncheddu, rencontré lors de la cérémonie de clôture du procès diocésain, ce qui caractérise l’action de Palatucci, c’est sa volonté de "sauver l’homme", tout homme, juif ou dans le besoin. Dans le camp de Dachau, il a vécu "quatre mois de souffrance et de maladie". Son corps a été déposé "dans la fosse commune". Il offre "un exemple lumineux d’obéissance aux exigences de la conscience", fût-ce au prix de la vie. Palatucci manifeste jusqu’où peut aller l’objection de conscience : jusqu’au don de soi, par fidélité à cette voix intérieure qui parle à une conscience bien formée au point que le bien s’impose comme une évidence. Sa "grandeur", explique le postulateur, c’est vraiment d’avoir préféré obéir à sa conscience éclairée de chrétien plutôt qu’aux ordres injustes, pour sauver des vies humaines.



Si Palatucci était reconnu par Rome comme « martyr », un miracle ne serait pas nécessaire pour faire aboutir sa cause de béatification. Il en faudra un, ensuite, pour la canonisation éventuelle.

Le cardinal Ruini, qui a présidé le procès diocésain à Rome, estime pour sa part que Palatucci est un « martyr de la charité ». Il a clôt le procès il y a aujourd’hui huit ans, le 10 février 2004, au Latran, transmettant toute la documentation, sous scellés, à la Congrégation romaine pour les causes des saints.

Anita Bourdin