L'oecuménisme dans toute l'Eglise, par le card. Parolin

Et prier pour la paix, don de Dieu

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 311 clics

Le cardinal secrétaire d’État Pietro Parolin espère de la rencontre historique du pape François et du patriarche Bartholomaios au Saint-Sépulcre "une véritable promotion de l’œcuménisme au niveau de toute l’Église". Il évoque aussi l’invitation que le pape aux présidents Abbas et Peres de prier avec lui pour la paix, au micro de Radio Vatican. 

Une impulsion nouvelle

"Cette rencontre, qui a été très émouvante, hier soir au Tombeau du Seigneur, le fait de se retrouver ensemble, pourra être un grand stimulant pour ce cheminement œcuménique. Pour moi, nous avons besoin de retrouver un enthousiasme sur ce chemin, parce que beaucoup de pas ont été faits à partir du Concile, depuis que Paul VI a rencontré Athénagoras, il y a cinquante ans. Mais il est nécessaire de renouveler vraiment les cœurs et de reprendre avec courage ce chemin, qui est le chemin de l’unité, qui est le chemin voulu par Jésus pour son Église. Par conséquent, j’espère vraiment qu’une impulsion nouvelle pourra sortir de cette rencontre, une véritable promotion de l’œcuménisme au niveau de toute l’Église."

Pour ce qui est de l'invitation aux président israélien et palestinien, "elle a été accueillie de manière très positive": "Soulignons encore une fois la force de la prière. Je crois que le pape veut souligner cela. Devant toutes les difficultés actuelles – politiques, diplomatiques – devant ce nœud de difficultés et de problèmes qui existent ici et dont nous avons fait l’expérience pendant ces deux jours où nous sommes restés ici, le pape veut, une fois de plus, réaffirmer la force de la prière, qui peut unir les cœurs et donner à tous cette capacité de prendre des décisions courageuses. Le pape a parlé de cela et c’est précisément ce que je soulignerais : des décisions courageuses. De la part de tous, il faut être capable de faire des choix qui puissent vraiment conduire à la paix."

La paix, don de Dieu

"La paix est un donc de Dieu, insiste le Secrétaire d'Etat. Quand on parle de paix, don de Dieu, je dis toujours que le don est la transformation de notre cœur : c’est mon interprétation du don de Dieu. Ce n’est pas un don empaqueté qui vient d’en-haut, mais c’est une transformation des cœurs, capables d’être artisans, acteurs de paix jour après jour. C’est cela le don de Dieu. Que nous sachions l’accueillir véritablement et nous laisser transformer par son Esprit-Saint."

Traduction de Constance Roques