L’ordinariat pour les anglicans, « un geste prophétique »

Editorial du P. Federico Lombardi pour « Octava Dies »

| 1481 clics

ROME, Lundi 24 janvier 2011 (ZENIT.org) - L'ordinariat pour les anglicans souhaitant entrer dans l'Eglise catholique est « un geste prophétique » sur le chemin de l'unité, affirme le père Federico Lombardi, S.J., directeur de la salle de presse du Saint-Siège, dans le dernier éditorial d'« Octava Dies », le bulletin hebdomadaire d'information du Centre de télévision du Vatican.

Quelques mois après avoir présenté leur démission de l'Eglise d'Angleterre pour rejoindre l'Eglise catholique, trois anciens évêques anglicans - Keith Newton, Andrew Burnham et John Broadhurst - ont été ordonnés prêtres catholiques. C'était le 15 janvier dernier, en la cathédrale de Westminster, à Londres. Ils ont reçu, à cette occasion, la bénédiction du pape qui a souligné le caractère historique de leur entrée au sein du nouvel ordinariat personnel de Notre-Dame de Walsingham, qui sera dirigé par le père Keith Newton (cf. Zenit 18 janvier 2011).

« C'est ainsi qu'a eu lieu, commente le P. Lombardi, non individuellement mais en groupe, le pas décisif pour l'érection du premier ‘ordinariat' prévu par un document de Benoît XVI de novembre 2009 (Anglicanorum coetibus) pour les pasteurs et fidèles anglicans souhaitant rejoindre l'Eglise catholique, non pas individuellement, mais en groupes ».

« En rencontrant les évêques anglais au terme de son voyage, rappelle-t-il, Benoît XVI avait parlé de ce pas comme 'd'un geste prophétique qui pouvait contribuer de manière positive au développement des relations entre anglicans et catholiques, qui nous aide à regarder dans la direction de l'objectif ultime de toute activité œcuménique, la...pleine communion ecclésiale' ».

« A l'occasion de sa nomination, le père Keith Newton, un des trois ordonnés, a remercié le pape pour sa confiance, son épouse et ses enfants pour leur soutien, l'Eglise d'Angleterre pour tout ce qu'elle lui a donné, le primat anglican, Rowan Williams, pour la patience et la gentillesse dont il avait fait preuve à son égard au fil de son long et difficile passage à la communion catholique », poursuit le père Lombardi.

« Dans un long entretien, explique encore le porte-parole du Saint-Siège, celui-ci rappelle comment son désir d'union a marqué toute sa vie chrétienne. Il rappelle son expérience profonde de l'universalité de l'Eglise à l'occasion d'une audience générale sur la Place Saint-Pierre, dit sa joie de grand-père qui a pu baptiser son premier petit-fils lors de sa première messe en tant que prêtre catholique ».

« Ce n'est donc pas un signe de division, mais un petit pont sur le long chemin vers l'unité », estime le père Lombardi, « quelque chose de nouveau et de beau ».

« Nous souhaitons, conclut-il, que le nouvel ordinariat anglais et les autres qui suivront puissent naître et grandir dans cet esprit. Le bienheureux cardinal Newman, patron de l'ordinariat, l'accompagne et l'inspire ».