L'origine d'un honneur aux chefs de l'Etat français

Le président Hollande et la tradition du Latran

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 1483 clics

« Par respect des traditions », le président de la République française, M. François Hollande, a accepté le titre de premier et unique chanoine d’honneur du chapitre de la basilique Saint-Jean-du-Latran à Rome, annonce Radio Vatican ce 8 janvier.

Mais le président français ne se rendra pas sur place pour prendre possession de la stalle : tous les présidents français ne l’ont pas fait.

La tradition remonte au roi Henri IV. En 1482, Louis XI avait accordé des droits aux chanoines de la cathédrale du pape sur l’abbaye de Clairac, dans le sud-ouest de la France, aujourd’hui dans le département du Lot-et-Garonne.

Mais, étant donné les tensions religieuses dans la région, il fallut par la suite une intervention royale pour que le chapitre puisse continuer à percevoir ces revenus : celle d'Henri de Navarre devenu Henri IV. Le 22 septembre 1604, il confirma en effet le chapitre dans ce droit.

Pour le remercier, le chapitre fit ériger une statue à l'effigie du roi de France, qui se vit aussi attribuer ce titre – qui n’est donné à personne d’autre - de chanoine d’honneur. Un titre qui est passé aux chefs de l’Etat français, même si la rente a été abolie en 1871. Depuis Henri IV aussi, chaque année, une messe pour la prospérité de la France est célébrée au Latran le 13 décembre, jour anniversaire de la naissance du roi.

Cette messe « pour le bonheur et la prospérité de la France » a été présidée le 13 décembre 2012 par le cardinal vicaire du pape pour le diocèse de Rome, Agostino Vallni, en présence de l'ambassadeur de France près le saint-Siège, M. Bruno Joubert (cf. Zenit du 14 décembre 2012 pour l'homélie intégrale du cardinal vicaire).

Une tradition invoquée au moment où Radio Vatican relève les « tensions » existant en France entre le gouvernement sur des débats de société. La radio papale précise aujourd’hui qu’un proche du président  français « dément qu’il y ait une volonté d’écarter ou de stigmatiser les catholiques ».

« Reste que ces tensions sont bien réelles et les désaccords nombreux et profonds : mariage pour tous, suicide assisté, recherche sur l’embryon, réquisition des bâtiments vides pour accueillir les sans-abris - des propos tenus par la ministre du logement Cécile Duflot », commente le plus ancien media du Vatican. « Du jamais vu depuis au moins un quart de siècle », conclut la même source.

Les débats de la société française ont en effet un grand écho à Rome où la « Manif pour tous » s’invite le 13 janvier, devant l’ambassade de France, place Farnese.