L'Osservatore Romano en français: En carême, "Prier"

| 785 clics

CITE DU VATICAN, Vendredi 7 mars 2003 (ZENIT.org) - Que faire en carême? "Prier",dit, simplement, Mgr Clément Guillon, évêque de Quimper et Léon, en France, dans les colonnes de L'Osservatore Romano hebdomadaire en français du 4 mars (www.vatican.va)



- Prier -

Au moment où notre Carême va s'ouvrir la guerre menace. Elle est peut-être toute proche.
La guerre menace. Comme si nous avions tout oublié des drames du XX siècle! Comme si nous pouvions ignorer qu'une guerre est une épouvantable tragédie! Comme si le cri du Pape Paul VI, à l'ONU, le 4 octobre 1965, "Jamais plus la guerre!" était complètement tombé dans l'oubli.

Que faire, pour arrêter cette absurde menace?

Prier, bien sûr, dans l'espérance que ceux qui ont le redoutable pouvoir de déclencher la guerre vont accepter de mieux mesurer la gravité de leurs actes. Prier pour qu'ils laissent entrer dans leur coeur l'appel à la paix que Dieu ne cesse d'adresser à l'humanité tout entière et à tout être humain.

Prier sans relâche, personnellement, en petits groupes, en organisant des célébrations là où cela peut se faire. Prier pour ceux qui gouvernent les peuples. Prier aussi pour nous-mêmes, afin que notre coeur soit libéré de la haine et de la rancune, afin que nous comprenions mieux que la paix s'édifie dans le respect des autres, dans la justice et le partage.

Agir aussi, précisément pour mettre en pratique ce respect, cette justice, ce partage. Ainsi nous rejoindrons les grandes exigences du carême, que l'Eglise et l'Evangile nous rappellent chaque année prière, jeûne, aumône. Nous redécouvrirons aussi que vivre ces exigences suppose une conversion toujours renouvelée, un véritable retournement de notre coeur, qui, devant Dieu, passe du refus ou de l'indifférence à l'accueil, du "non" au "oui".

Cette année 2003, nous le savons, a été placée par le Pape Jean-Paul II sous le signe du Rosaire, cette méditation simple et patiente, en compagnie de Marie, des étapes successives des Mystères du Christ. Marie est celle qui, dans une totale disponibilité, a accueilli l'Esprit Saint et s'est laissé transformer par lui. Elle est celle qui accompagnait l'Eglise naissante au moment de la Pentecôte. Elle nous accompagne encore aujourd'hui. Demandons-lui d'ouvrir nos coeurs à la lumière et à la force de l'Esprit Saint.

© L'Osservatore Romano - 4 mars 2003