L’Osservatore Romano : « Toutes les heures, 1200 enfants meurent de faim »

« Une tragédie qui interpelle la conscience du monde »

| 943 clics

ROME, Vendredi 9 septembre 2005 (ZENIT.org) – « Une tragédie qui interpelle la conscience du monde », titre L’Osservatore Romano en italien de ce 19 septembre, qui cite le rapport des Nations Unies sur le développement humain : « Toutes les heures, 1200 enfants meurent de faim ».



Protestation aussi de Radio Vatican qui titrait le 8 septembre : « La pauvreté tue chaque heure dans le monde 1200 enfants. Le fossé entre riches et pauvres se creuse. Les 500 personnes les plus riches gagnent plus ensemble que les 416 millions de personnes les plus pauvres du globe. Telles sont certaines des données du rapport de l’ONU 2005 sur le développement humain rendu hier ».

Radio Vatican dénonce des « disparités inacceptables », alors que le monde accuse du retard sur les « objectifs du millénaire » fixés pour 2015 et prévoyant à l’origine la diminution 50 % de la pauvreté.

Ainsi d’ici dix ans, 827 millions de personnes tomberont encore dans un état de pauvreté extrême. Les objectifs ne seront pas atteints non plus pour ce qui est de la réduction de la mortalité des enfants et de leur instruction.

Depuis 1990, plus de 130 millions de personnes sont sorties de la pauvreté extrême, en 18 pays, la situation a empiré et 10 millions d’enfants meurent chaque année pour des causes évitables.

Au moins 2,5 milliards de personnes vivent encore avec moins de 2 dollars par jour, et 115 millions d’enfants ne vont pas à l’école.

Parmi eux, seulement 30 millions ont accès à une instruction ces dernières années. L’eau potable est un bien très précieux : mais plus d’un milliard de personnes n’en disposent pas. Et 2,6 milliards n’ont pas de service sanitaire.

Le rapport propose la clôture d’un calendrier pour arriver à des aides de la part des pays riches égal à 0,07 % du PIB d’ici 2015.

Le rapport indique que certains pays riches sont parmi les donneurs les moins généreux. Sur le commerce, l’ONU condamne des taxes iniques aux dépens des pays pauvres. Parmi les obstacles principaux à la lutte contre la misère, le rapport dénonce les conflits armés. Le développement des pays pauvres dit le texte, est la clef de la bataille pour la paix globale et la sécurité.