"L´urgence" de la rencontre d´Assise, après le 11 septembre 2001

Par le cardinal Tucci

| 415 clics

CITE DU VATICAN, Mardi 22 janvier 2002 (ZENIT.org) - Le cardinal Roberto Tucci, sj, cheville ouvrière des voyages de Jean-Paul II dans le monde, explique aujourd´hui au micro de Radio Vatican, "l´urgence" de la rencontre d´Assise, après le 11 septembre 2001. Il rappelle certaines déclarations "étonnantes" de Jean-Paul II au Kazakhstan et en Arménie.



"La rencontre d´Assise de cette année se situe dans la perspective de ce qui est arrivé le 11 septembre et elle revêt donc un caractère plus urgent que lorsque se sont rencontrés précédemment à Assise des représentants des différentes religions, explique le cardinal Tucci.
Cette fois, c´est très important parce que ce que l´on doit combattre est plus clair: l´utilisation de Dieu pour justifier les conflits, pour justifier la violence, pour justifier la guerre. Le pape l´a dit dès le début: alors qu´il était encore au Kazakhstan, et ensuite en Arménie, au cours du voyage de septembre dernier: "Tous les croyants doivent unir leurs efforts afin que jamais le Nom de Dieu soit pris en otage par les ambitions des hommes: la haine, le fanatisme, et le terrorisme profanent le Nom de Dieu et défigurent l´authentique image de l´homme".
Et puis, j´ai été très frappé par cette autre phrase que le pape a prononcée en Arménie, à son arrivée dans le pays: "La paix peut être construite seulement sur les fondements solides du respect réciproque, de la justice dans les relations entre communautés différentes et dans la magnanimité de la part des forts". Cette phrase étonnante: "Magnanimité de la part des forts". Et puis, naturellement, nous nous souvenons du message de la Journée mondiale de la paix: "Il n´y a pas de paix sans justice; il n´y a pas de justice sans pardon". Je crois que ce sont les motifs fondamentaux de la prière commune ou au moins pour le fait que le pape invite à prier toutes ces différentes instances religieuses".