L'urgence éducative actuelle

« Par sa parole Dieu continue d'éduquer son peuple »

Rome, (Zenit.org) Mgr Enrico Dal Covolo | 529 clics

"Le propre de la théologie de l’éducation est de se focaliser sur la Parole de Dieu relative à l’éducation, sur la Parole de Dieu qui s’incarne dans une multiplicité d’événements, de langages, de principes et d’institutions ecclésiales. Par sa Parole, Dieu continue à éduquer son peuple!", explique Mgr Dal Covolo qui souligne "l’urgence éducative actuelle ".

Mgr Enrico dal Covolo, sdb, recteur de l’Université pontificale du Latran, est en effet intervenu lors de la présentation d’un livre de Giuseppina Battista, « Teologia dell’educazione cristiana: pluralità di modelli e di strategie. Un’antologia di testi » (« Théologie de l’éducation chrétienne : pluralité de modèles et stratégies. Une anthologie de textes ») (LUP, Roma 2013, 600 pp).

Discours de Mgr Dal Covolo

Chers professeurs et étudiants, illustres hôtes,

Je suis heureux de vous présenter mes plus chaleureuses salutations, à l’occasion de cette présentation de l’ouvrage exceptionnel de madame Giuseppina Battista, qui enseigne à notre Université du Latran, plus précisément à l’institut pastoral Redemptor Hominis, dans la section de spécialisation dénommée Théologie de l’éducation.

J’ai lui et apprécié dans ce livre la section anthologique qui l’accompagne, une étude sérieuse approfondie  et efficace. J’y ai trouvé aussi quelques pages sur le système de prévention proposé par saint Jean Bosco (pp. 448-451), mais je laisse naturellement le soin aux illustres professeurs qui interviendront, et que je remercie, de s’exprimer sur l’œuvre de madame Battista et d’en développer les contenus.

Permettez-moi seulement de relever le croisement intense et profond qui existe entre le développement humain et le développement chrétien, et combien d’urgences et émergences celui-ci fait apparaître, dans un monde complexe comme le nôtre. Il est urgent et nécessaire d’interpréter la vie et le monde qui change. Et la théologie de l’éducation nous offre une contribution valable car elle nous propose l’étude systématique des problèmes d’éducation à la lumière de la foi chrétienne.

Le propre de la théologie de l’éducation est de se focaliser sur la Parole de Dieu relative à l’éducation, sur la Parole de Dieu qui s’incarne dans une multiplicité d’événements, de langages, de principes et d’institutions ecclésiales. Par sa Parole, Dieu continue à éduquer son peuple!

Le dialogue entre la théologie et les sciences humaines, c’est-à-dire entre la science de Dieu et les sciences de l’homme, reste extrêmement important. Mais, il faut avoir bien en vue que l’approche de ces deux grands domaines est aussi opportune que difficulteuse: les modèles traditionnelles de rapport entre la théologie et la pédagogie chrétienne tendent par exemple aujourd’hui à se redéfinir selon de nouveaux paradigmes dialogiques de nature multidisciplinaire ou interdisciplinaire, par ailleurs décrits dan le volume « historique » de Giuseppe Groppo, professeur émérite de cette discipline à l’Université pontificale salésienne, qui porte justement sur la Théologie de l’éducation.

De notre part – de la part de notre université, j’entends dire, et en particulier de l‘institut pastoral Redemptor Hominis –  nous devons faire en sorte  que notre engagement favorise le développement de ce dialogue, qu’il l’intensifie, dans un climat de compréhension mutuelle toujours plus grand, en cherchant les motivations communes qui servent la promotion et la croissance intégrale de la personne, en tant que personne et chrétien authentique, orienté vers cette vie juste (porteuse de sens et de signification), où le vouloir être et le devoir être coïncident, une vie animée par l’amour pour le bien, le vrai, l’éternel.

Forts de tous ces entendements, à la rencontrée académique prochaine (2013-2014), nous lancerons une réflexion sur la pastorale universitaire, comprise comme voie privilégiée pour faire face à l’urgence éducative actuelle et pour former les formateurs à la vie selon l’Evangile.

Pour conclure, je voudrais citer ce qu’a écrit madame Battista dans l’ouvrage présenté ce soir, soit que « la matière proposée... veut rester un chantier ouvert au service des éducateurs,  des nouvelles générations, des éducateurs..., un espace pour une réflexion favorisant la promotion de principes éducatifs qui fassent de ce livre un livre de partage autour de l’éducation, à partager et participatif pour le bien commun de l’humanité toute entière » (pp. 334-335).

Par ces propos et ces vœux – que je fais miens – je tiens à faire tous mes compliments au professeur Battista, et à renouveler à votre égard à tous mes plus sincères salutations.

Traduction d'Océane Le Gall