La charité donne envie de rejoindre l'Eglise

Homélie du 1er octobre 2013

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 948 clics

Le témoignage de la charité « donne envie aux gens de venir » dans l'Eglise, a dit le pape François le 1er octobre 2013.

Le pape a concélébré la messe de mardi matin à la Maison Sainte-Marthe avec les membres du “Conseil des cardinaux” réunis du 1er au 3 octobre au Vatican.

Il a évoqué cette rencontre : « aujourd'hui, ici, au Vatican, commence la réunion avec les cardinaux consulteurs, qui concélèbrent cette messe ».

Il a souhaité que ce travail « nous rende tous plus humbles, plus doux, plus patients, plus confiants en Dieu, pour que l’Église puisse donner un beau témoignage aux gens et que voyant le Peuple de Dieu, voyant l’Église, ils ressentent le désir de venir avec nous ! ».

C'est la seconde fois, après son discours aux catéchistes de samedi dernier, 28 septembre, que le pape François cite ce passage de Benoît XVI: l’Église « ne grandit pas par le prosélytisme, elle grandit par l'attraction, par le témoignage ». Et, ajoute la pape François « quand les personnes, les peuples, voient ce témoignage d’humilité, de douceur, de mansuétude, ils ressentent le besoin dont parle le prophète Zacharie: ‘Nous allons avec vous !’ (Zacharie 8,20-23) ».

« La charité est simple : adorer Dieu et servir les autres ! Et ce témoignage fait grandir l’Église » car «  les gens ressentent ce besoin devant le témoignage de la charité, de cette charité humble, sans arrogance, sans suffisance, qui adore et sert ».

Commentant l’Évangile où Jacques et Jean veulent « ordonner que le feu tombe du ciel » pour détruire les samaritains, le pape a fait observer que la route chrétienne « n'est pas une route de vengeance » mais « d'humilité, de douceur ».

Il a donné pour modèle sainte Thérèse de l'Enfant Jésus – dont c'était la fête hier – « cet esprit d'humilité, de tendresse, de bonté ». Un esprit « que le Seigneur veut de tous ».

La « force » de cet esprit réside dans « l'amour, la charité, la conscience d'être dans les mains du Père » : « Quand on sent cela, il ne vient pas l'idée de faire descendre le feu du ciel ».

Au contraire, l'esprit de la charité est celui qui « souffre tout, pardonne tout, qui ne se vante pas, qui est humble, qui ne cherche pas lui-même ».

Si à vue d'homme on peut penser que cet esprit est « une humiliation de la majesté de l’homme, de la grandeur de l'homme », pourtant « l’Église sage a fait de cette sainte humble, petite, confiante en Dieu, douce, la patronne des Missions » car son exemple conduit à dire : « Nous allons avec vous ! ».

Ainsi, la force de l’Évangile tient « dans l'humilité, l'humilité de l'enfant qui se laisse conduire par l'amour et la tendresse du père ».