La communauté internationale soutient la corruption au Soudan, affirme le card. Zubeir Wako

| 2115 clics

ROME, Vendredi 10 novembre 2006 (ZENIT.org) – « On est en train de remettre des millions de dollars à un gouvernement corrompu », a récemment déclaré le cardinal Gabriel Zubeir Wako à l’Aide à l’Eglise en Détresse (AED).



L’archevêque de Khartoum estime que ces fonds sont ainsi perdus et qu’ils auraient dû être confiés à des personnes responsables et préparées pour faire véritablement face aux besoins de la population.

« Qui sait vraiment à qui l’Eglise vient en aide au Soudan ? Qui voit la souffrance de l’Eglise et ce qu’on lui a enlevé ? Nous demandons que l’Eglise soit respectée et que l’on ait confiance en elle, car elle aide vraiment la population », a-t-il ajouté.

Le cardinal a précisé que des centaines de milliers de réfugiés sont toujours dans l’impossibilité de rentrer chez eux, dans le sud du Soudan, malgré l’accord de paix du 9 janvier 2005.

« Ce n’est pas l’Etat, mais l’Eglise qui se charge de ces personnes oubliées de tous, et qui vivent dans des conditions inhumaines, tout près de la capitale du Soudan. C’est pour cette raison que la communauté internationale doit soutenir l’Eglise, qui même si elle est une Eglise qui souffre, fait tout son possible pour soulager la misère des personnes », a observé le cardinal Zubeir Wako.

« Les musulmans eux-mêmes en sont conscients, a-t-il poursuivi. Nous avons subi pendant plusieurs dizaines d’années la situation que traverse aujourd’hui la population au Darfour ».

Exprimant sa préoccupation devant le manque de volonté d’intervention, de la part de la communauté internationale, le cardinal a ajouté : « Ils continueront à négocier ou garderont le silence, pour déclarer ensuite que le problème est résolu ».