La communion n'est pas un slogan, mais la condition de la mission

Une spiritualité "trinitaire", par Mgr Corriveau

| 1261 clics

Anita Bourdin 

ROME, samedi 13 octobre 2012 (ZENIT.org) – Pour Mgr Corriveau, la communion dans l’Eglise, à l’image de la communion trinitaire, n’est pas un « slogan » mais la condition de la mission et la réponse à l’individualisme : il invite à repartir de la communion.

Mgr John Corriveau, O.F.M. Cap., évêque de Nelson, au Canada, est en effet intervenu lors de la troisième congrégation générale du 9 octobre.

L’évêque canadien a en effet cité ce que dit Jean-Paul II dans « Novo millenio ineunte », quand il affirme en substance que « la communion est la mission et la réponse prophétique de l’Église à l’individualisme de notre époque » et que « l’Église remplira sa mission seulement si elle saura promouvoir une spiritualité de la communion » (NMI, 43).


Il souligne qu’une « spiritualité de communion » est à l’image de la Sainte Trinité : « Lorsque l’amour de la Trinité arrive dans le monde à travers l’incarnation, une force nouvelle et vitale de relations et d’unité s’est révélée à la famille humaine ».

« L’appel à la communion est plus qu’un slogan. C’est une conversion du cœur », déclare Mgr Corriveau.

Il cite « le grand élan missionnaire de l’Église au dix-neuvième et au début du vingtième siècle » était porté par la conscience de l’Eglise qui se définissait comme “une société parfaite portant les âmes à Dieu”, ce qui portait à une « spiritualité ascétique », une « spiritualité de perfection personnelle ».

Il voit dans ces deux conditions l’origine de « Congrégations religieuses apostoliques » et de « mouvements religieux qui portaient l’Évangile à travers le monde ».


Pour le pasteur, c’est une espérance pour l’Eglise et pour les communautés : « La spiritualité de la communion doit engendrer une renaissance semblable dans l’Église d’aujourd’hui donnant naissance à des Congrégations religieuses et à des mouvements ecclésiaux. Les mouvements ecclésiaux et les Congrégations religieuses existants doivent aussi renouveler leur spiritualité et leur mission à la lumière de l’identité commune de l’Église ».

Il insiste sur cette spiritualité « trinitaire » : « Les Ministres et les agents pastoraux ainsi que les mouvements ecclésiaux et les Congrégations religieuses avec une spiritualité formée et renforcée par le Mystère de la Très Sainte Trinité ouvriront de nouvelles voies de dialogue avec notre monde sécularisé, donnant ainsi une contribution importante à la nouvelle évangélisation ».