La contribution de l'Ordre de Malte à la paix du monde

M. Mazery évoque les 900 ans de l'Ordre souverain militaire

Rome, (Zenit.org) François Vayne | 1272 clics

« Nous agissons pour promouvoir les valeurs éthiques et sociales et nous aidons dans les situations d'urgence. Ainsi, nous contribuons à l'esprit de solidarité entre les nations et, par conséquent, à la paix dans le monde », explique le Ministre des Affaires étrangères de l’Ordre de Malte, M. Jean-Pierre Mazery, qui évoque pour les lecteurs de Zenit les 900 ans de l’Ordre souverain militaire (cf. Zenit des 8 et 9 février 2013).

Zenit - Monsieur Mazery, vous êtes le Ministre des Affaires étrangères de l’Ordre de Malte, qui fête ses 900 ans. En 1113, la bulle de Pascal II parlait d’une « communauté monastique », est-ce que cette dimension d’engagement religieux demeure présente dans l’Ordre aujourd’hui ?

M. Mazery - La dimension religieuse de l'Ordre est aussi importante aujourd'hui qu'elle l'était lorsque le fondateur de l'Ordre, le bienheureux Gérard, l’a créé il y a près d'un millier d'années. Cela signifie que toutes les œuvres caritatives de l'Ordre sont réalisées dans l'esprit de l'amour chrétien. Certains membres de l'Ordre, aujourd'hui encore, choisissent de consacrer leur vie, prenant ainsi les vœux religieux de pauvreté, de chasteté et d'obéissance. C'est le fondement de l'Ordre comme Ordre religieux laïc.

L'Ordre a une double mission : prendre soin des pauvres et des malades et vivre selon les principes chrétiens.

La cause de béatification du précédent Grand Maître, Frà Andrew Bertie, est ouverte. Combien de saints l’Ordre compte-t-il, et quelle est la figure de sainteté la plus connue ?

Il y a douze membres de l'Ordre qui sont reconnus comme des saints et bienheureux pour leur sainteté et leurs bonnes œuvres. Le plus inspirant pour les membres de l'Ordre est notre fondateur, le bienheureux Gérard, qui a vécu au XIe siècle. Il a créé l'hôpital de l'Ordre à Jérusalem et lui et ses «frères» ont accueilli tous ceux qui étaient dans le besoin, quels qu'ils fussent et de tous horizons. Cette prise en charge reste la source d'inspiration de l'Ordre encore aujourd'hui.

L’Ordre entretient des relations diplomatiques avec plus d’une centaine d’Etats, en quoi cette médiation contribue-t-elle à la paix dans le monde ?

Grâce à nos relations diplomatiques bilatérales et multilatérales, nous avons un accès direct aux différents gouvernements. Parce que l'Ordre a toujours été indépendant, il est partout dans le monde, il est décentralisé et donc comprend les nécessités au niveau local. Nous agissons pour promouvoir les valeurs éthiques et sociales et nous aidons dans les situations d'urgence. Ainsi, nous contribuons à l'esprit de solidarité entre les nations et, par conséquent, à la paix dans le monde. Nous disposons d'un réseau diplomatique humanitaire, et nous travaillons à nous intégrer aux systèmes nationaux de santé et faciliter l'importation de l'aide médicale. La neutralité et l’impartialité de l’Ordre lui permettent de servir de médiateur et de conciliateur dans des situations de conflits, où il est difficile à d’autres d’arriver.

Comment votre présence est-elle vécue dans les pays à majorité musulmane, comme l’Afghanistan ou l’Irak ?

L'Ordre travaille dans de nombreux pays musulmans. Nous avons d'excellentes relations diplomatiques bilatérales avec ces pays. Sur le terrain, les gens sont plus à l'aise face à des institutions qui sont fondées sur la foi. De même que pour nous, il est plus facile pour eux de juger de notre sincérité et de notre travail - nous n'avons pas d'autre objectif que celui d'offrir de l'aide. Par exemple, en Afghanistan, au Pakistan, en Irak et en Syrie, les problèmes sont les conflits, pas la religion.

En Afrique, vous offrez notamment un soutien psychologique aux femmes qui sont violées dans les zones de conflits…

L’Ordre est engagé dans l’assistance aux victimes d’agressions sexuelles, agressions qui sont aujourd’hui devenues en Afrique des armes de guerre. Nous avons mis en place différents types d’aide : l’assistance aux femmes ayant mis au monde des enfants fruits de ces agressions, ainsi que, dans les mois qui suivent, la mise en place d’une aide psychologique et sociale leur permettant de  reconstruire leur vie étant donné qu’elles sont souvent rejetées par leur propre communauté, et une aide éducative afin qu’elles puissent en confiance affronter leur propre futur.

Ce 9 février, 4 000 membres de l’Ordre de Malte se rassemblent à Rome : Benoît XVI les accueille dans la basilique Saint-Pierre. Qu’attendez-vous de cet évènement?

Cette célébration est un peu comme une fête d'anniversaire. A’ l’occasion du rassemblement de nos membres sur la Place Saint-Pierre et de leur procession dans la basilique, ces derniers rappelleront que le travail de l’Ordre fut reconnu il y a de cela 900 ans par le Pape Pascal II et que ce travail d’aide aux pauvres et aux malades continue encore aujourd’hui. Le pape Benoît XVI marquera cette occasion historique pour l’Ordre en adressant un message aux 4500 membres présents. Nous rappelons ainsi nos traditions et nos activités, espérant en leur continuation dans la lutte toujours présente contre la pauvreté et la misère.