La curie romaine, solidaire du pape, par le P. Lombardi

Affaire des fuites de documents réservés, à suivre

| 1433 clics

Anne Kurian

ROME, jeudi 31 mai 2012 (ZENIT.org) – La Curie est solidaire du pape, affirme le P. Lombardi, soulignant "la volonté de vérité, de clarté et de transparence" qui prévaut dans les enquêtes en cours au Vatican.

Le P. Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège, fait un point quotidien avec les journalistes, suite à l'arrestation de Paolo Gabriele, majordome du pape, trouvé en possession de documents confidentiels appartenant au pape.

Hier, 30 mai, le porte-parole du Saint-Siège a démenti les rumeurs d'une éventuelle démission du pape, les qualifiant « d'élucubrations », et assurant de la solidarité de la Curie envers Benoît XVI, « dans une épreuve qui n'a pas entamé son esprit de collaboration et de communion avec le Successeur de Pierre ».

"C'est justement le moment, a-t-il insisté, où il faut montrer estime et appréciation pour le Saint-Père et le service qu'il accomplit, le moment de montrer que cette situation est traitée dans la communion, l'unité, et la cohérence".

« Le respect même de la vérité et des personnes en cause exige une connaissance assurée des faits », a-t-il souligné par ailleurs, demandant que l’affaire soit traitée avec rigueur et honnêteté par la presse, car « il existe une volonté de vérité, de clarté et de transparence, qui s'accroît et a besoin de temps ».

Ce 31 mai, le P. Lombardi a annoncé que la phase formelle de la procédure commencera la semaine prochaine. Pour le moment, les investigations des magistrats et de la commission des cardinaux sont encore dans une phase préliminaire, dite « instruction sommaire ».

Durant la phase formelle, a-t-il expliqué, le majordome du pape, Paolo Gabriele, sera interrogé. L’enquête se basera également sur les investigations faites sur le matériel saisi dans la maison du majordome.

Les avocats de la défense devraient faire une demande de mise en liberté surveillée pour Paolo Gabriele.