La famille, indispensable pour la vie du monde et l'avenir de l'humanité

Le pape François balise les travaux du consistoire extraordinaire

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 911 clics

La famille est aujourd'hui "méprisée" et "maltraitée", alors que c'est une "réalité humaine si simple et si riche", "indispensable pour la vie du monde, pour l’avenir de l’humanité", a constaté le pape François, qui a ouvert, ce jeudi matin, 20 février, en la Salle du Synode, du Vatican, les travaux d'un réunion - consistoire - extraordinaire des cardinaux, le premier du pontificat (20-21 février). Il demande une pastorale familiale "intelligente, courageuse et pleine d'amour".

Les nouveaux cardinaux nommés - qui recevront leur "barrette" samedi matin - participent aux travaux.

La matinée a commencé par la prière de la liturgie des heures, avec l'office de Tierce, puis par l'introduction du cardinal Angelo Sodano, doyen du Collège cardinalice. Les cardinaux - plus de 180 - sont réunis dans le cadre de la préparation au prochain synode sur la famille que le pape a convoqué pour octobre 2014 à Rome. Le questionnaire préparatoire, largement diffusé sur Internet a permis à de nombreux catholiques du monde de s'exprimer.

La famille représente un "reflet de Dieu", a insisté le pape en balisant la route des travaux: "La famille est la cellule fondamentale de la société humaine. Depuis le début, le Créateur a placé sa bénédiction sur l’homme et sur la femme afin qu’ils soient féconds et qu’ils se multiplient sur la terre ; et ainsi la famille représente dans le monde comme le reflet de Dieu, Un et Trine."

Le pape a donné le ton en invitant à travailler à partir "de la beauté de la famille et du mariage, de la grandeur de cette réalité humaine à la fois si simple et si riche, faite de joies et d’espérances, de peines et de souffrances, comme toute la vie".

Il a offert deux directions aux débats: "la théologie de la famille" et la "pastorale" à "mettre en œuvre dans les conditions actuelles".

Il a indiqué un écueil à éviter: ne pas "tomber dans la “casuistique”, parce que, dit le pape, "elle ferait inévitablement abaisser le niveau de notre travail".

Le pape a identifié le défi à relever: "La famille aujourd’hui est méprisée et maltraitée, et ce qui nous est demandé, c’est de reconnaître combien il est beau, vrai et bon de former une famille, d’être une famille aujourd’hui ; combien c’est indispensable pour la vie du monde, pour l’avenir de l’humanité."

Il a d'emblée placé les débats du point de vue du dessein d'mouar de Dieu en soulignant que les époux ont besoin d'être "accompagnés" dans leur difficultés par les pasteurs: "Il nous est demandé de mettre en évidence le lumineux plan de Dieu sur la famille et d’aider les conjoints à le vivre avec joie dans leur existence, en les accompagnant dans beaucoup de difficultés, aussi par une pastorale intelligente, courageuse et pleine d'amour."

Le pape a aussi annoncé la synthèse proposée comme "starter" aux débats par le cardinal Walter Kasper, théologien allemand auteur d'un livre sur la miséricorde, lu et apprécié publiquement par le pape François, et président émérite du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens: "Nous remercions, au nom de tous, le Cardinal Walter Kasper pour la précieuse contribution qu’il nous offre avec son introduction. Merci à tous, et bonne journée de travail !"

Les cardinaux réagiront et interviendront librement ce jeudi 20 et vendredi 21: première étape importante avant le premier synode convoqué par le pape François. Les cardinaux travaillent de 9 h 30 à 12 h 30 puis de 16 h 30 à 19 h.

Une des questions délicates à examiner, notamment, pendant le synode, et donc dès ce consistoire, est celle de l'accès des personnes divorcées et remariées aux sacrements: un thème sur lequel Benoît XVI déjà avait voulu lancer une réflexion.

Les questions du document préparatoire au synode portent en effet sur "la diffusion des Saintes Écritures et du Magistère de l’Église concernant la famille", "le mariage selon la loi naturelle", "la pastorale de la famille dans le contexte de l’évangélisation", "la pastorale pour affronter certaines situations matrimoniales difficiles" (concubinage, unions libres, séparés, divorcés remariés), "les unions de personnes du même sexe", "l’éducation des enfants au sein de situations de mariages irréguliers", "l’ouverture des époux à la vie", "le rapport entre la famille et la personne", etc.