La famille Ratzinger, un goût de paradis

Confidence de Benoît XVI à une petite vietnamienne

| 1217 clics

Anne Kurian

MILAN, samedi 2 juin 2012 (ZENIT.org) – « Le paradis, ce sera un peu comme revenir à la maison », a dit en confidence Benoît XVI à une petite vietnamienne de 7 ans, et devant… 350 000 personnes. Parce que la vie de la famille Ratzinger avait comme un goût de paradis.

C’est en effet la réponse que le pape a donnée à Cat Tien, qui a exprimé au pape son désir de connaître quelque chose de sa famille, et de l’époque où Joseph Ratzinger avait son âge, ce samedi 2 juin, en ouverture de la veillée de témoignages de la VIIe Rencontre mondiale des familles.

« Comment est-ce que ce sera, au paradis ? » avait-elle demandé, dans son beau costume traditionnel vietnamien, et accompagnée de ses parents.

Première confidence : le dimanche de la famille Ratzinger. « Pour ma famille, a confié le pape, il y avait un point essentiel, qui a toujours été le dimanche, qui commençait le samedi après-midi, quand mon père nous lisait les lectures du dimanche dans un livre où les textes étaient expliqués. Le lendemain, nous allions à la messe puis nous déjeunions ensemble ».

Puis, il y avait la musique et la marche: « Avec ma famille, a-t-il ajouté, j’ai beaucoup chanté. Mon père était musicien. Puis je me souviens des voyages et des marches ».

Mais surtout, il y avait la « communion » : « Nous étions une seule âme et nous nous nourrissions d’une joie faite de choses simples et d’un amour réciproque qui était fort ».

Un goût de paradis : « Si j’essaye d’imaginer le paradis, je le pense comme au temps de ma jeunesse: nous étions heureux. Le paradis devrait être semblable à ce qu’était ma jeunesse, dans un contexte d’amour, de confiance, tout simple, et j’espère revenir à la maison en allant dans l’autre monde”.