La figure de saint Augustin est « intemporelle »

Oratorio bavarois en l'honneur de Benoît XVI

| 1005 clics

Anne Kurian

ROME, jeudi 27 septembre 2012 (ZENIT.org) – Benoît XVI a souligné que la figure de saint Augustin était « intemporelle », au terme d’un oratorio qui exprimait « la grandeur et la complexité » du saint évêque.

Le diocèse allemand de Würzburg, au nord de la Bavière, a offert à Benoît XVI un concert interprétant l’oratorio « Augustin » – composé par Wilfried Hiller sur saint Augustin – à Castelgandolfo, hier, 26 septembre 2012.

Saluant les participants au congrès dédié à l’évêque d’Hippone, en cours à l’Institut patristique « Augustinianum » de Rome, Benoît XVI a souligné que l’oratorio, « à travers un langage musical contemporain », démontrait que « l’actualité de ce Père de l’Eglise latine n’a pas cessée », selon Radio Vatican.

Pour le pape, saint Augustin est « intemporel » : en effet, « la lutte de l’homme et sa recherche de ce qui lui est le plus intime, la recherche de la vérité, la recherche de Dieu, est valide en tout temps ; elle ne concerne pas seulement un saint, mais chaque homme ».

Citant le compositeur de l’œuvre, Benoît XVI a défini l'oratorio comme « une mosaïque de sons », décrivant les dialogues de l’âme de saint Augustin avec Dieu et avec lui-même.

Une « mosaïque », a-t-il précisé, parce qu’elle est « composée d’images musicales », qui comme des « pierres de mosaïques, brillent, selon l’effet de lumière et le point d’observation ». Mais c’est « seulement dans son ensemble que s’épanouit l’image », a-t-il poursuivi, estimant que l’oratorio « représente la grandeur et la complexité de l’homme et du théologien Augustin ».

En effet, celui qui veut vraiment connaître « l’auteur des Confessions », ne doit « jamais perdre de vue », quand il étudie certains aspects de son œuvre, « l’ensemble de sa pensée et de sa personne », a souligné Benoît XVI.

Pour conclure, le pape a salué les participants et organisateurs du concert : “Vergelt’s Gott”, « Que le Seigneur vous le rende », leur a-t-il souhaité.