La fonction publique impose un devoir de responsabilité

Benoît XVI s'adresse aux préfets italiens

| 1180 clics

ROME, vendredi 14 octobre 2011 (ZENIT.org) – La fonction publique impose un devoir de „responsabilité“ et elle demande à être exercée avec „dignité“, déclare Benoît XVI: son but est de „servir les citoyens“.

Le pape Benoît XVI a en effet reçu ce vendredi matin, au Vatican, le ministre italien de l’Intérieur, Roberto Maroni, et quelque 200 préfets et sous-préfets de la République italienne, dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire de l’unité politique de la péninsule.

„La fonction publique est importante au point de revêtir un caractère presque sacré. L'exercice de ses charges requiert donc une grande dignité et un sens élevé de la responsabilité“, a déclaré le pape.

Benoît XVI a invité les préfets à ne pas oublier que „l’administration publique“, „institution de l’État“, a pour mission de „servir“. Le rôle des fonctionnaires n’est en effet ni „impersonnel“ ni „bureaucratique“ mais un „service précis dû aux citoyens“.

Dans la crise actuelle, et „l’incertitude sociale et économique“ qu’elle engendre, le pape rappelle aussi l’importance du rôle de l’Eglise catholique, „enracinée“ dans la société italienne, „proche“ des personnes: elle en comprend les „besoins profonds“.

Le pape a défini la mission de l’Eglise qui est de „s'adresser à l'homme de tous les milieux“ - culture, travail, services, loisirs - et de „construire, en collaboration avec les autres institutions et les réalités territoriales, un socle solide de vertus morales pour une coexistence à taille humaine“.

Benoît XVI a également recommandé la mise en œuvre de l’enseignement social de l’Eglise. Il a invité les préfets à exercer leru mission avec „compétence“, „sens du devoir“, „prudence“, sans manquer à la „vérité“, et à la „défense des droits publics“.

La mission des préfets est, a conclu le pape, en exerçant l’autorité, de servir „ la justice, la paix, la liberté et le bien public“ et de participer à la diffusion de la „ civilisation de l'amour“.