La Frassateam : Un groupe de jeunes fait son cinéma

Inspirés par le bienheureux italien Pier-Giorgio Frassati, tertiaire dominicain

| 3172 clics

ROME, Mardi 12 Janvier 2010 (ZENIT.org) - Ils sont une dizaine, de 20 à 26 ans. Depuis septembre 2007, ils se réunissent régulièrement pour prier. Touchés par la « vie simple et décalée » de Pier-Giorgio Frassati, ils fondent la « Frassateam ».

Un an plus tard, ils se lancent sur le net en postant des vidéos relatant les « Aventures de Cadichon », un récit de la Nativité joué par des Playmobils. Suivent des JT humoristiques diffusés pendant le Festival Marial de Paray-le-Monial.

A l'occasion de l'Avent, ils lancent leur FTV (Frassateam TV) avec un journal chaque semaine. Amaru Cazenave, jeune professionnel de 26 ans est à l'initiative de la Frassateam. Il a répondu aux questions de ZENIT.

Zenit - Comment est née la Frassateam ?

A. Cazenave - La Frassateam est un groupe de jeunes de 20 à 26 ans. Certains membres, une dizaine, sont des fidèles de la veillée de prière hebdomadaire autour du chapelet, d'autres nous donnent un coup de main ponctuel à l'occasion d'un projet particulier.

Le concept de la Frassateam est né en septembre 2007 : un groupe d'amis soudés par la prière et des activités communes ; une amitié chrétienne. Nous avons commencé par prier ensemble le chapelet tous les jeudis soirs. Puis d'autres activités ont vu le jour, comme des soirées vidéo-débat.

En novembre 2008, nous avons entrepris l'aventure de Cadichon. L'idée était de raconter la Nativité avec des playmobils comme acteurs, en prenant pour cela le point de vue de l'âne. En août 2009, nous avons participé au Festival Marial International à Paray-le-Monial en produisant des JT humoristiques quotidiens d'une dizaine de minutes.

Zenit - Puis vous avez lancé la FTV (Frassateam TV) ?

A. Cazenave - La FTV découle des projets de la Frassateam. Nous avons aussi un blog qui permet, entre autres, de diffuser et d'archiver les vidéos. Son but premier est de reprendre l'idée de Pier-Giorgio Frassati qui, quand un des « types louches » avait manqué une de leurs activités, lui écrivait pour le tenir au courant. Cela permet de garder le lien avec les membres et amis de la Frassateam.

Zenit - Pourquoi avoir choisi la protection de Pier-Giorgio Frassati ?

A. Cazenave - J'ai découvert Pier-Giorgio Frassati par le témoignage d'un ami séminariste. J'ai été touché par sa vie simple et « décalée ». La sainteté paraissait accessible ! Après avoir lu sa vie, j'étais convaincu qu'il fallait reprendre son concept des « Types Louches ». C'était aussi le moyen de garder contact avec les personnes que j'avais rencontrées au foyer Maurice Maignen où j'habitais alors (foyer parisien de jeunes travailleurs dirigé par la communauté de St Vincent de Paul).

Zenit - La Frassateam a-t-elle pour but d'évangéliser ?

A. Cazenave - Nous voulons, en premier lieu, vivre notre foi de façon joyeuse et décomplexée et la diffusion de vidéos « cathos » nous a paru être un bon moyen pour cela. Il s'agit plus de témoigner que d'évangéliser. Au vu du succès, inattendu, des vidéos nous nous sommes aperçus qu'elles sont de bons supports et touchent surtout des personnes déjà croyantes et plutôt jeunes. Elles les découvrent principalement par le bouche-à-oreille et les réseaux sociaux comme Facebook.

Zenit - Que nous réserve la FTV en ce début d'année 2010 ?

A. Cazenave - La FTV est une télé artisanale, elle reste quelque chose de simple. Il est probable que nous continuerons, selon nos idées, de proposer des vidéos. Nous avons plusieurs projets en tête mais rien n'est figé, nous n'avons pas de planning fixe. Nous voulons garder la liberté de produire ou non de nouvelles vidéos en fonction de l'actualité et de notre disponibilité.

Propos recueillis par Marine Soreau