La Garde Suisse célèbre son 505e anniversaire

| 1496 clics

ROME, Lundi 24 janvier 2011 (ZENIT.org) - Les gardes suisses ont fêté samedi 22 janvier au soir les 505 ans de leur fondation par une messe présidée par Mgr Fernando Filoni, substitut pour les affaires générales de la Secrétairerie d'Etat, dans l'église de Sainte Marie in Campo Santo.

Durant l'homélie, le prélat, après avoir rapporté le salut du pape, a rappelé que « le Seigneur adresse à tous une invitation à le suivre, et appelle chacun à partager et à collaborer à sa mission, confiant à chacun un devoir particulier ».

« C'est pourquoi - a-t-il ajouté - en servant le Saint-Père, vous participez de manière spéciale à la mission universelle de l'Eglise. Que cela vous donne un élan renouvelé dans la fidélité et dans le service ».

Après la messe, une parade s'est tenue place Saint-Pierre, avec des drapeaux, une fanfare et des hallebardiers pour rappeler la fondation du Corps.

La Garde suisse - commandée par le colonel Daniel Rudolf Anring - est composée de 110 soldats et d'un aumônier - Mgr Alain Guy Raemy. On doit sa fondation au pape Jules II (1503-1513) qui, il y a 500 ans, demanda aux Etats « Confederatis Superioris Allemanniae » de permettre le recrutement de jeunes suisses pour constituer une garde du corps pontifical.

Le 22 janvier 1506, ce pape accueillit et bénit, place Saint-Pierre, le premier contingent de Gardes suisses, composé de 150 recrues et commandé par le capitaine Kaspar von Silenen, venu à pied de Lucerne par la via Francigena pour assurer la défense de la personne du pape et du Palais apostolique.

Les recrues doivent être des hommes suisses âgés de 19 à 30 ans et de foi catholique. Ils doivent dépasser 1,74m, être célibataires et avoir reçu une instruction de base dans l'armée.

Si la tradition veut que Michel-Ange ait créé leurs uniformes, le dessin remonte en réalité aux environs de 1915.

La cérémonie traditionnelle du serment des nouvelles recrues est célébrée chaque année le 6 mai, pour commémorer le sacrifice, en 1527, de 147 Gardes suisses qui, durant le Sac de Rome par les lansquenets de Charles Quint, défendirent de leur vie le pape Clément VII.

Au Vatican, le corps de la Gendarmerie garantit aussi la sécurité et l'ordre public, en plus de remplir les charges institutionnelles de police, y compris celles de frontière, comme la police judiciaire. Né en 1816 par la volonté de Pie VII, il est actuellement composé de 160 titulaires, tous de nationalité italienne.