La « générosité spirituelle » pour les chrétiens de Terre Sainte

Tradition du Vendredi Saint

| 1504 clics

CITE DU VATICAN, Mercredi 23 mars 2005 (ZENIT.org) – Les chrétiens sont appelés chaque année à la solidarité et à la « générosité spirituelle » avec l’Eglise Mère de Terre Sainte, comme le rappelle au micro de Radio Vatican le cardinal Ignace Moussa I Daoud, préfet de la congrégation pour les Eglises orientales.



« C’est un écho à la volonté pressante des Pontifes romains, explique le cardinal Daoud. Ils ont en effet établi que le Vendredi saint, tandis que l’Eglise contemple le visage du Christ souffrant, ne manque pas le rappel de la prière et une « collecte de charité » pour soutenir les « pierres vivantes » qui dans les lieux saints continuent à célébrer et à vivre la foi chrétienne. Ainsi, chaque année, j’adresse, au début du carême une lettre à tous les évêques de l’Eglise catholique et aux nonces apostoliques du monde entier, pour qu’avec générosité spirituelle et matérielle, ils se pressent autour de leurs frères catholiques et appartenant aux autres Eglises et communautés chrétiennes, qui souffrent fortement pour la fidélité au Christ et à l’Eglise, et sont tentés d’abandonner leur terre natale du fait du manque durable de paix »

Pour le Vendredi saint 2005, le cardinal Daoud explique: « J’ai voulu rappeler la visite que j’ai pu accomplir l’année dernière dans l’octave de Pâques en Israël et en Palestine. J’ai alors rencontré la communauté catholique: la communauté latine (recueillie autour du patriarche de Jérusalem et de la Custodie de Terre sainte) et celle des autres rites orientaux également très vivante. Avec les pasteurs et les fidèles catholiques, j’ai partagé des moments de prière et de fraternité avec nos frères et sœurs appartenant à d’autres Eglises et communautés chrétiennes. C’est pourquoi j’ai partagé ce souvenir et l’engagement à une proximité spéciale mûri pendant ce pèlerinage, avec les Eglises du monde entier. La Terre sainte doit sentir que le pape est toujours proche et qu’il entraîne toute l’Eglise dans ce lien de solidarité ».

Son souhait pour la Terre sainte est un « souhait de paix », conclut le cardinal Daoud: « C'est cette paix qui porte le nom de Jésus Christ, lequel, comme le dit l’Ecriture « a abattu le mur de la séparation, en faisant des deux un seul peuple »! Paroles prophétiques et d’une actualité tellement forte! Et je renouvelle aussi ma prière pleine d’affection pour que les chrétiens, les juifs et les musulmans, dans le respect réciproque, donnent la preuve devant le monde entier que la foi dans le Dieu unique non seulement est possible mais est porteuse de paix et de prospérité pour ses créatures ».