La « grande richesse » de l'Afrique, vue par Benoît XVI

Message pour le Congrès panafricain des laïcs catholiques

| 1256 clics

Anne Kurian

ROME, mercredi 5 septembre 2012 (ZENIT.org) – L’Afrique possède « une grande richesse de ressources spirituelles précieuses pour notre temps », constate Benoît XVI.

Le pape a adressé un message au cardinal Stanisłas Ryłko, président du Conseil pontifical pour les laïcs, à l’occasion de l’ouverture du Congrès panafricain des laïcs catholiques (4-9 septembre 2012) au Cameroun sur le thème : « Témoins de Jésus Christ en Afrique aujourd’hui. Sel de la terre … lumière du monde (Mt 5, 13.14) » (cf. Zenit du 21 août 2012).

Le pape rappelle ses affirmations répétées: « l’Afrique est appelée à être le « Continent de l’Espérance » ». Ce n’étaient pas « des paroles de circonstance », insiste-t-il, mais elles « indiquaient l’horizon lumineux qui s’ouvre au regard de la foi ».

Même si, « à première vue, les problèmes de l’Afrique apparaissent graves et difficiles à résoudre, non seulement les difficultés matérielles, mais également les obstacles spirituels et moraux », cependant un « regard plus profond » au « cœur des peuples africains » fait découvrir « une grande richesse de ressources spirituelles précieuses pour notre temps », estime Benoît XVI.

Il cite ces atouts: « l’amour pour la vie et pour la famille, le sens de la joie et du partage, l’enthousiasme de vivre la foi dans le Seigneur ».

« Ne laissez jamais la sombre mentalité relativiste et nihiliste qui touche différentes parties de notre monde, ouvrir une brèche dans votre réalité », exhorte le pape, encourageant les Africains à « accueillir et répandre avec une force renouvelée le message de joie et d’espérance qu’apporte le Christ, message capable de purifier et de renforcer les grandes valeurs des cultures ».

A ce propos, Benoît XVI donne l’exemple de la sainte soudanaise Joséphine Bakhita comme « témoin d’espérance » dont la vie mnaifeste que « la rencontre avec le Christ donne l’élan pour surmonter même les difficultés apparemment les plus insurmontables ».

Le pape souhaite que « beaucoup de jeunes Africains » vivent cette expérience « aujourd’hui dans la suite fidèle du Seigneur ».

Pour aider les laïcs à « faire de l’Afrique le « continent de l’Espérance » », Benoît XVI rappelle l’ouverture imminente de l’« Année de la foi » (11 octobre 2012), car pas de mission sans la foi! La mission « naît de la foi », souligne-t-il, et « l’accueil de ce don divin va de pair avec l’élan pour l’annonce de l’Évangile, dans une sorte de « cercle vertueux », où la foi pousse à l’annonce et l’annonce renforce la foi ».

Pour le pape, « les fidèles laïcs ont un rôle irremplaçable » dans la mission d’évangélisation: toute l’Afrique - « femmes et hommes, jeunes, personnes âgées et enfants, familles et sociétés entières » - attend « les « ambassadeurs » de la Bonne Nouvelle, des fidèles laïcs issus des paroisses, des communautés ecclésiales vivantes, des mouvements ecclésiaux et des communautés nouvelles, amoureux du Christ et de l’Église, pleins de joie et de reconnaissance pour le Baptême qu’ils ont reçu, artisans courageux de paix et annonciateurs d’une espérance authentique ».