La jeunesse du monde dans un Brésil haut en couleur, avec le pape

Veillée de fête et de prière à Copacabana

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 611 clics

C’est le Brésil haut en couleur, chaleureux, rythmé, costumé, qui attendait hier soir le pape François, accueilli en fête par un million de jeunes de 180 pays participants aux JMJ, sur les plages de Copacabana. 

Dès 17h15, à la tombée de la nuit, le pape a parcouru les 4 km de plages en forme de demi-lune dans sa papamobile, au milieu d’une foule immense de jeunes contenus par des cordons de sécurité formés par des volontaires aux tee-shirts jaunes.

Sa jeep ouverte, éclairée de néons, ressortait dans la nuit, tous comme les milliers de lueurs émises par les téléphones portables des participants, le tout donnant lieu à un tableau féérique de flammes scintillantes sur fond de sable fin et d’océan.

Comme il le fait place Saint-Pierre, le pape a pris son temps, faisant arrêter la voiture pour embrasser des enfants, échanger sa calotte avec une autre – légèrement trop petite – qu’on lui tendait, ou encore boire un « maté » argentin, infusion traditionnelle offerte par un participant. Entre deux arrêts, sans discontinuer, le pape saluait la foule, qui répondait par l’enthousiasme et la fougue de la jeunesse, agitant des drapeaux de tous les pays.

Parmi les chants et les acclamations, ressortait le slogan espagnol - les jeunes de langues espagnoles étant les plus nombreux : « nous sommes la jeunesse du pape ! », qu'ils avaient inventé pour Madrid.

Sur la pointe nord de la plage, le pape était attendu sur l'immense podium, pour une célébration d’accueil festive, retransmise par une quarantaine d’écrans géants et d’amplificateurs placés sur 4km.

Une représentation, intitulée « Le Rio de la Foi » et interprétée par 150 jeunes illustrant la vie quotidienne de Rio par des scénettes mimées, s’est ouverte sur une danse brésilienne.

Puis des porte-drapeaux de tous les pays présents ont défilé, continent par continent, devant le pape qui s’est levé en signe d’hommage aux Natiosn représentées.

« Votre foi est plus forte que le froid et la pluie! » a-t-il lancé sous les ovations, en introduisant un petit discours, durant lequel il a exprimé son affection pour les jeunes : « mon cœur de pasteur vous étreint tous avec une affection sans limite ».

Le pape a aussi invité à observer 1 minute de silence pour Sophie, la jeune française qui a perdu la vie dans l'accident de car en Guyane, lors de la Semaine missionnaire, prélude à la JMJ.

Il a également fait applaudir Benoît XVI, qui avait convoqué les jeunes à Rio.

« Aujourd’hui, Jésus demande à chacun : veux-tu être mon disciple ? Veux-tu être mon ami ? Un témoin de mon Évangile ? », a-t-il poursuivi : « je suis venu pour vous confirmer dans la foi au Christ vivant, mais je suis venu aussi pour être confirmé par l’enthousiasme de votre foi ».

Cinq jeunes, trois jeunes filles et deux jeunes gens, représentatifs des cinq continents, ont adressé tour à tour quelques mots d’accueil au pape. La cinquième, une jeune Brésilienne très émue, n’a pu retenir ses larmes, en remettant au pape une pousse d’arbre, en signe « de l’amour, de l’union et des prières » de son peuple.

Comme pour chaque jeune - sauf le jeune Coréen, par respect pour les façons orientales de manifester l'affection -, le pape François l’a saluée et serrée affectueusement dans ses bras. Dans la foule aussi, l’émotion était palpable. Le spectacle s’est poursuivi par des mises en scènes de conquistadors, de missionnaires franciscains, de processions, rythmées par des chants locaux et sur toile de fond d’images traditionnelles du Brésil projetées sur grand écran.

Les scénettes ont notamment représenté la naissance du culte de Notre Dame d’Aparecida, après la découverte d’une petite Vierge noire par trois pécheurs, le 12 octobre 1717, dans le fleuve Paraiba.

Les trois pécheurs ont intronisé la statuette. Le pape s’était lui-même rendu à Aparecida la veille, le mercredi 24 juillet, pour y consacrer son pontificat.

Une célébration de la Parole a prolongé la soirée, sur le thème de l'exclamation de Pierre sur le mont Tabor : « Il est heureux que nous soyons ici ». Dans son homélie, le pape a exhorté les jeunes : « Mets la foi dans ta vie, tu auras une boussole qui donne la direction. Mets l'espérance, ton avenir sera lumineux. Mets l'amour, ton chemin sera joyeux. Mets le Christ dans ta vie... mets en lui ta confiance, et tu ne seras jamais déçu. »

La rencontre – qui a duré plus d’une heure et demi – s’est conclue par le chant du Notre Père en latin et la bénédiction, sous la pluie qui était revenue. Ce qui n’a pas empêché les jeunes d’entonner de tout leur cœur l'hymne "Jesus Christ you are my life" des JMJ de l’an 2000.

Le pape est rentré dîner à la résidence Sumaré où il loge. "Quelle fête inoubliable d’accueil à Copacabana ! Que Dieu vous bénisse tous !", a-t-il publié sur son compte twitter ce matin.

En raison des mauvaises conditions météorologiques, les plages de Copacabana seront le principal lieu de rendez-vous des jeunes et du pape, notamment lors du Chemin de croix ce vendredi, de la veillée demain, samedi 27 juillet et de la messe de conclusion, dimanche 28 juillet :ces deux derniers évènements auraient dû se dérouler à Guaratiba, au tout nouveau "Campus Fidei", devenu impraticable.