La JMJ de Madrid, un message d’espérance et non d’opposition

Le P. Lombardi encourage la participation africaine

| 1969 clics

ROME, Jeudi 24 juillet 2008 (ZENIT.org) - La Journée mondiale de la jeunesse de Madrid, que le pape Benoît XVI a convoquée pour l'année 2011, sera porteuse d'un message d'espérance et non de désaccord, a expliqué hier mercredi, le porte-parole du Vatican, le P. Federico Lombardi, s.j.

« L'Europe a déjà accueilli plusieurs fois les Journées mondiales de la jeunesse, mais c'est un continent où la confrontation entre la foi et les problèmes de la société moderne, de la sécularisation, du développement, qu'avec le temps le monde impose à la foi, est toujours vive », a expliqué le P. Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège, au micro de Radio Vatican.

« Le pape parle souvent des risques que court aussi l'Europe de perdre les valeurs sur lesquelles elle est fondée et qui sont liées à la tradition chrétienne et à la contribution que la foi a apportée au développement de ce continent. Il est évident que cela sera l'un des thèmes et des objectifs de la prochaine Journée de la jeunesse, mais sans aucune polémique et sans aucune intention de s'opposer au monde qui nous entoure », a-t-il ajouté.

« Je me souviens de la très belle Journée mondiale de la famille, à Valence, en Espagne. Le message du pape a été entièrement positif, centré sur la beauté d'être chrétiens, un message positif aussi pour la famille d'aujourd'hui », a-t-il expliqué.

« A une époque où la famille traverse de très grosses difficultés, le fait d'être chrétien est un message positif », a-t-il souligné.

« Je crois que l'esprit de la prochaine Journée de la jeunesse en Espagne devra être celui-là : un message d'espérance, un message qui dit que la foi offre une contribution belle et importante pour l'avenir de nos sociétés et de notre monde, comme ce fut le cas en Australie », a-t-il précisé.

Le P. Lombardi a constaté la déception du continent africain en expliquant que « malheureusement il n'est pas encore possible de faire concrètement une Journée mondiale de la jeunesse en Afrique pour des problèmes d'organisation et de sécurité ».

« Nous revenons donc en Europe, même si nous avons certainement l'intention d'impliquer le continent africain de toutes les manières possibles », a déclaré le P. Lombardi.