La Journée mondiale du malade, préparation à la béatification de Jean-Paul II

Présentation de la clôture de l’année jubilaire du dicastère romain

| 2294 clics

ROME, Jeudi 3 février 2011 (ZENIT.org) - La Journée mondiale du malade (JMM) 2011, le 11 février, est une étape significative dans la préparation à la béatification de Jean-Paul II, le 1er mai prochain, a fait remarquer le président du Conseil pontifical pour la pastorale de la santé, Mgr Zygmunt Zimowski, lors de la conférence de presse de présentation des activités de ce dicastère qui achève de fêter ses 25 ans : il a été créé par le pape Jean-Paul II.

Jean-Paul II et la JMM

La journée du malade aussi a été inaugurée par Jean-Paul II et fixée chaque année au 11 février, fête de Notre Dame de Lourdes.

« Je pense, a déclaré Mgr Zimowski, que dans chaque diocèse, la Journée mondiale du malade sera une occasion propice pour une bonne préparation à la béatification de Jean-Paul II, parce que le 1er mai est désormais proche. Et à cette occasion je voudrais dire que le Saint-Père était un « malade parmi les malades ». Il disait qu'il avait trois maisons : la Cité du Vatican, Castel Gandolfo et la Polyclinique Gemelli, où il a passé non pas seulement des jours mais de nombreux mois ».

Le message de Benoît XVI, pour cette XIXe journée, avait été publié de façon anticipée, en novembre dernier, sur le thème : « C'est par ses blessures que vous avez été guéris » (1P 2, 24).

Les malades et les jeunes

Mgr Zimowski a relevé le rapport qu'établit le pape entre la Journée mondiale du malade et la Journée mondiale de la jeunesse de Madrid, en août prochain : il invite en effet les jeunes à créer « des ponts d'amour et de solidarité » afin que personne ne se sente seul mais proche de Dieu et comme faisant partie de la grande famille de ses enfants ».

Mgr Zimowski a en outre annoncé la tenue de la JMM de 2013 au sanctuaire marial d'Altötting, en Allemagne, dans le diocèse de Passau, qui est en quelque sorte « le sanctuaire de Benoît XVI »  à l'instar du sanctuaire de Kalwaria Zebrzydowska pour Jean-Paul II.

Il souhaite que la JMM soit l'occasion de « sensibiliser le peuple de Dieu et la société civile au monde de la souffrance et aider les malades eux-mêmes » à être conscients de « la valeur de leur souffrance ».

C'est aussi l'occasion d'impliquer les diocèses, les communautés chrétiennes, et les familles religieuses dans la pastorale de la santé, spécialement les bénévoles, en cette « année européenne du bénévolat ». Mgr Zimowski y voit une occasion de favoriser la formation spirituelle et morale du personnel de la santé, les médecins, les infirmiers et les pharmaciens,

Enfin, c'est l'occasion, a-t-il ajouté, de rappeler l'importance de l'assistance religieuse aux malades : prêtres, aumôniers laïcs, qui peuvent former une « communion », une « communauté proche des malades ».

L'importance des associations

Parmi les activités du conseil pontifical, samedi prochain, 5 février, un séminaire intitulé « Associationnisme sanitaire catholique et culture de la vie » se tiendra à l'auditorium Saint Pie X pour la clôture des célébrations du 25e anniversaire du conseil pontifical.

Ce séminaire a été présenté ce matin par le président de ce dicastère, Mgr Zygmunt Zimowski, le secrétaire, Mgr José Luis Redrado Marchite, et le sous-secrétaire, Mgr Jean-Marie Mpendawatu, et par Mme Rosa Merola, consulteur et psychologue pénitentiaire.

Mgr Redrado a souligné l'importance des différentes associations - diocésaines, nationales, internationales - des médecins, infirmiers, et pharmaciens catholiques dans le monde.

Un souci spécial pour les malades du sida

Mgr Mpendawatu a aussi annoncé pour le 28 mai prochain un séminaire - auquel participeront des chercheurs et des représentants de l'ONU-sida, sur le « caractère central de la personne humaine » dans la prévention, les soins, et la recherche sur le sida. Ce sera, a-t-il fait observer, l'occasion de préparer aussi la 6ème conférence de l'IAS (International AIDS Society) qui se déroulera du 17 au 20 juillet 2011 à Rome sur « pathogénèse, traitement et prévention ».

Dans cette perspective notamment, le conseil pontifical prépare la révision de sa « Charte des personnels de la santé » de 1995, en intégrant une réflexion éthique aussi sur des problématiques surgies depuis lors.

Autre projet du conseil pontifical, la publication d'un livret reprenant l'enseignement de ce dicastère et le magistère des papes dans ce domaine.

Anita S. Bourdin