La liturgie et la piété populaire pour la nouvelle évangélisation

Par Mgr Pineiro, du Pérou

| 1214 clics

Anita Bourdin

ROME, mardi 9 octobre 2012 (ZENIT.org) – L’importance de la liturgie comme catéchèse mais aussi de la piété populaire pour la nouvelle évangélisation ont été soulignées par Mgr Pineiro.

Mgr Salvador Pineiro Garcia-Calderon, archevêque d'Ayacucho, président de la Conférence épiscopale du Pérou et évêque aux armées, est intervenu, lundi après-midi, 8 octobre, lors de la deuxième congrégation générale du synode, témoignant de son expérience de « curé » et de célébration du dimanche.

Il estime qu’une « préparation satisfaisante de la liturgie et des signes de la célébration constitue la meilleure catéchèse pour nos fidèles qui, par la proclamation biblique et les chants, doivent nous porter à une participation consciente, active et fructueuse (Sacrosanctum concilium, 11) qui nous comble de l’esprit pour la mission ».

Il invite par conséquent à « intensifier dans l’action pastorale des diocèses et des paroisses les équipes liturgiques qui réfléchissent, préparent et animent ce lieu privilégié d’évangélisation ».


 Ce qui suppose une bonne formation des prêtres et des fidèles : « Si la théologie devient pastorale dans la liturgie, nous devons prendre soin de la formation des prêtres et des catéchistes afin qu’ils approfondissent ses contenus et qu’ils promeuvent des méthodologies pour les enfants et les jeunes ».


Il souligne aussi la valeur de la « religiosité populaire, si marquée au sein de nos peuples latino-américains » : « Dans Evangelii nuntiandi, le magistère du Serviteur de Dieu Paul VI nous montre la valeur de la piété populaire et pour cela nous devons accompagner cette recherche de Dieu, en insistant sur les catéchèses et les programmes afin que ces événements signifient dans la communauté des engagements de transformation sociale qui contribuent au bien-être des plus nécessiteux ».

« Nous ne pouvons oublier cette prière simple de la part de la majorité qui, dans les sanctuaires et lors des fêtes patronales, exprime sa dévotion et se sent avec regret rarement accueillie et accompagnée », a-t-il insisté.