La mentalité laïciste ne peut voiler l’enseignement de l’Eglise

Le président de la CNBB commente la “Caritas in Veritate”

| 1518 clics

ROME, Mardi 21 juillet (ZENIT.org) - Le président de la Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB), Mgr Geraldo Lyrio Rocha, estime que la nouvelle encyclique de Benoît XVI, Caritas in Veritate, apporte des paroles « éclairantes » et que la mentalité laïciste ne peut la noircir.

« Le pape prononce des paroles  sages, opportunes et éclairantes quand il réaffirme que le développement, qu'il assimile à une ‘vocation' de l'homme, ne se réalisera pleinement que si l'on respecte les principes qui considèrent l'être humain comme une créature bien-aimée de Dieu revêtue d'une dignité que ne sauraient sacrifier les lois économiques destituées de l'éthique et de l'amour », affirme Mgr Geraldo Lyrio dans un article diffusé mardi par la CNBB.

Pour Mgr Geraldo Lyrio, la mentalité laïciste « qui se répand de manière incontrôlable et parfois irrationnelle, ne peut voiler l'enseignement de l'Eglise ».

L'Eglise, « vouée à servir l'humanité, attire l'attention sur les dérives d'un développement centré sur lui-même et tourné vers l'homme comme si celui-ci, autosuffisant, était une fin en soi. En ce sens, le pape Benoît XVI réaffirme le rôle incontournable de l'Etat à garantir la liberté religieuse comme une des conditions au développement ».

« Quand l'Etat encourage, enseigne ou impose des formes concrètes d'athéisme, il ôte aux citoyens cette force morale et spirituelle qui les porte au développement humain intégral, il les empêche d'avancer, les freine dans leur dynamisme à trouver une réponse humaine plus généreuse à l'amour divin », commente-t-il.

L'archevêque brésilien rappelle qu'il ne revient pas à l'Eglise de proposer des solutions techniques aux problèmes économiques, mais qu'elle est en droit d'éclairer, avec la sagesse de l'Evangile, les voies de tous ceux qui sont à la recherche de solutions.

« C'est pourquoi le pape insiste encore une fois sur l'éthique, pour l'économie aussi, comme condition ‘sine qua non' vers un développement qui se veut humain ».

Selon le président de la CNBB, avec le pape « nous pouvons dire avoir affaire à un grand défi qui est celui de montrer que les principes traditionnels de l'éthique sociale comme la justice, la transparence, l'honnêteté et la responsabilité 'peuvent et doivent trouver leur place dans l'activité économique normale' ».

Mgr Geraldo Lyrio souhaite donc que l'encyclique « inspire les Nations dans leur recherche à trouver des solutions pour surmonter la crise, misant sur un développement qui place la personne humaine au centre, surtout les pauvres, défende la vie sous toutes ses formes d'expression et élimine les inégalités qui offensent le Créateur, lequel nous a faits à son image et ressemblance » .