La nouvelle évangélisation doit rééquilibrer annonce du kérygme et catéchèse (II)

Entretien avec Alex et Maud Lauriot Prévost

| 2282 clics

ROME, Mercredi 1er décembre 2010 (ZENIT.org) - En lui donnant un Conseil pontifical et en annonçant la réunion d'un synode en 2012 sur ce thème, la nouvelle évangélisation apparaît comme un défi majeur pour l'Eglise en ce début de XXIe siècle. ZENIT a interrogé Alex et Maud Lauriot Prévost, couple missionnaire et formateur à la mission, acteurs de la nouvelle évangélisation en France et à l'étranger depuis près de 30 ans. Nous publions ci-dessous la deuxième partie de cet entretien. Pour la première partie, cf. Zenit du 30 novembre.

ZENIT - Un autre volet de la nouveauté méthodologique est le recours au témoignage ?

Alex et Maud Lauriot Prévost - Cette nouvelle pédagogie missionnaire est avant tout centrée sur l'authenticité du message annoncé, et pas sur la seule présentation des dogmes ou des pratiques religieuses : elle est assise sur le témoignage humble et l'expérience personnelle de l'amour de Dieu. Paul VI a beaucoup insisté sur cette exigence désormais incontournable pour évangéliser nos contemporains car « aujourd'hui, dit-il, le monde écoute davantage les témoins que les maîtres, ou s'il écoute des maîtres, c'est avant tout parce qu'ils sont des témoins ». Toutes les écoles d'évangélisation aujourd'hui de par le monde forment les missionnaires - jeunes, couples, prêtres, religieux - à donner leur témoignage.

Le dernier volet de la nouveauté méthodologique est de viser la conversion de ceux qui sont évangélisés. Mais est-ce vraiment nouveau ?

La reconnaissance de cet objectif de la mission n'est pas, bien entendu, une nouveauté apostolique, mais un retour aux sources, rendu nécessaire lorsque certains dans l'Eglise sont touchés par le sécularisme, et même le relativisme et le doute : Paul VI réfutait déjà des «alibis insidieux » soi-disant inspirés du Concile. Il rappela la honte de Paul à l'égard de ceux qui « rougissent de l'Evangile » ; il regretta chez certains « le manque de ferveur d'autant plus grave qu'il vient du dedans de l'Eglise et qui se manifeste dans la fatigue et le désenchantement, la routine et le désintérêt, et surtout le manque de joie et d'espérance ». C'est pourquoi, Jean-Paul II était si attaché à bien préciser que l'objectif de l'évangélisation est de conduire - dans la grande liberté des enfants de Dieu - à la conversion, qui est don de Dieu, renoncement explicite et public au mal et aux faux dieux par un acte libre et le choix personnel du Christ. C'est là un thème-clé de sa lettre apostolique - testament « Au début du nouveau millénaire », où il met en garde contre « une indifférence, malheureusement très répandue parmi les chrétiens et souvent fondée sur des conceptions théologiques inexactes et imprégnées d'un relativisme religieux, qui porte à considérer que toutes les religions se valent ».

Pouvez-vous présenter la dernière caractéristique de la nouvelle évangélisation selon Jean-Paul II : « un nouveau langage » ?

Pour comprendre, il nous faut regarder avant tout Jésus, le premier et le plus grand des évangélisateurs : il va à la rencontre de ses contemporains, aussi bien dans le Temple et les synagogues que sur les routes et dans leurs maisons ; il transmet l'Evangile de manière simple et directe, attestant ses propos par des signes messianiques : « Jésus parcourait la Galilée, proclamant la Bonne Nouvelle, guérissant toute maladie et toute langueur parmi le peuple. » L'évangélisation à l'école du Christ est donc assise sur trois piliers : l'inculturation du message, l'annonce de la Parole de Dieu et la guérison des malades.

Qu'est ce que l'inculturation du message ?

Jean-Paul II souligne combien «le christianisme du troisième millénaire devra répondre toujours mieux à cette exigence d'inculturation », c'est-à-dire au souci permanent « d'aller au-devant des exigences de chacun en ce qui concerne la sensibilité et le langage », en rejoignant chacun sur leur lieux de vie et au travers de leurs modes culturelles ou d'expression. D'où toute l'importance aujourd'hui d'évangéliser par exemple sur Facebook, par la musique, dans les boites de nuit, dans la rue ou au travers du porte-à-porte et en abordant de front toutes les questions existentielles qui habitent souvent douloureusement et nourrissent la « langueur » des hommes : la justice, l'amour, le sexe, la famille, le travail, les conflits, la souffrance, la vie, la mort...

Comment l'annonce de la Parole de Dieu peut-elle recouvrir une nouveauté ?

Là encore, c'est un retour aux sources : n'a-t-on pas trop souvent présenté la foi de manière avant tout catéchétique, en proposant une morale, des valeurs, des questions de pratique religieuse ou des dogmes ? C'est bien sûr important, mais surtout utile pour des croyants. L'évangélisation des non-croyants chez les apôtres s'appuie sur l'annonce de la personne de Jésus, sur sa vie et le cœur de sa mission, sur la Parole de Dieu qui sont en eux-mêmes puissance évangélisatrice. D'où l'importance de s'appuyer explicitement sur la Révélation faite en Jésus-Christ, dont les textes évangéliques, les Actes et les Epîtres sont dépositaires : combien de fois avons-nous expérimenté depuis près de 30 ans qu'il n'y a pas plus « efficace » pour conduire au Christ qu'une prédication qui présente et traduit en langage d'aujourd'hui les textes néo-testamentaires !

Vous évoquez enfin que le langage nouveau de la mission passe par la guérison ? N'est-ce pas aller trop loin ?

La guérison des maladies, physiques et intérieures, est le 3ème pilier de l'évangélisation de Jésus lui-même. Certes, elle est la plus dérangeante, et, lorsqu'elle fut minimisée ou oubliée dans la pratique et l'histoire de l'Eglise, ce fut à chaque fois lorsque la prédication kérygmatique était marginalisée ou oubliée. Pourtant, ouvrons les yeux ! Nos contemporains sont las de belles paroles, de belles conférences savantes ou pieuses sans effet sur leur vie : ils veulent être témoins des « merveilles de Dieu » qui sont annoncées dans la foi de l'Eglise, ils attendent de toucher de près l'authenticité et l'efficacité de l'Evangile du Christ. D'où l'importance pour ces personnes d'écouter et de voir des témoins de la foi pour illustrer cette authenticité, et d'être témoin de guérisons pour attester de cette efficacité. La guérison au nom de Jésus est la manifestation où se révèle le triomphe du Christ sur la maladie, le péché et la mort que nous confessons dans le Credo ; et le témoignage ou la constatation de ces guérisons interpellent et édifient croyants et incroyants : ils sont alors d'autant mieux disposés à écouter et à accueillir le message du Salut par adhésion à la personne de Jésus-Christ comme Sauveur et Seigneur.

Pouvez-vous préciser l'articulation entre évangélisation et guérison ?

Si la prédication est pour sa part « Parole de Dieu », la guérison est « manifestation de Dieu », c'est-à-dire authentification de la Parole, attestation pratique que Jésus-Christ est le Messie, qu'il est ressuscité, bien vivant et agissant aujourd'hui dans les vies de ceux qui l'accueillent. Dans les périodes les plus riches de l'histoire de l'Eglise, prédication et guérison ont toujours été associées ; les opposer est un non-sens et peut produire deux dérives : prédication sans guérison risque de dériver vers l'intellectualisme qui n'intéresse plus grand monde ; la guérison sans prédication ou dans le cadre de fausses croyances dérive vers la manipulation, la magie ou le charlatanisme.

Etre témoin de guérisons liées à la mission, n'est-ce pas exceptionnel ?

Certes, si les guérisons physiques sont souvent d'ordre exceptionnel, liées à des ministères charismatiques singuliers (les saints ou des personnes comme le père Emiliano Tardif plus récemment), à des lieux de grâces particulières (Lourdes par exemple), à certaines assemblées liturgiques, spirituelles ou missionnaires (messes pour les malades, rassemblements ou groupes de prière), d'innombrables guérisons intérieures ou relationnelles sont aujourd'hui le fruit de la nouvelle évangélisation, comme l'illustrent depuis 40 ans des centaines de livres ou d'interview, sans parler des innombrables anonymes qui témoignent si régulièrement à leurs proches ou dans divers groupes des merveilles de Dieu dans leur vie.

Vous-même, dans le cadre de vos missions auprès de jeunes ou de couples, êtes-vous témoins de guérisons ?

L'évangélisation des relations affectives, amoureuses et conjugales est d'une grande urgence aujourd'hui, vu les innombrables et profondes blessures en matière d'affectivité ou de sexualité : dans quasiment toutes nos missions, nous sommes témoins de guérisons intérieures car telle parole du Christ, telle prédication, tel exemple concret aura touché, retourné et ouvert les cœurs. La première des guérisons que nous constatons vient tout d'abord des pardons si longtemps refusés, qui sont enfin reçus ou donnés ; elle ouvre la voie à la réconciliation, à l'échange amoureux, à l'accueil de la vie, à la justesse des comportements ou à un bien plus grand respect l'un de l'autre ; dernièrement, un couple blessé depuis longtemps dans sa sexualité, a pu enfin revivre une vraie lune de miel et ils témoignent aujourd'hui d'un bonheur et d'une complicité qu'ils ne connaissaient pas.

L'évangélisation «nouvelle dans son expression » dont parle Jean-Paul II s'accompagne donc logiquement, comme dans l'Evangile et les Actes des Apôtres, par la manifestation de la puissance de Dieu ‘ici et maintenant', et donc par « des signes et des prodiges » (Ac 2, 22) que l'Esprit-Saint veut répandre. Ce n'est là que réponse au commandement du Christ : « Allez, prêchez, et dites ‘Le royaume des cieux est proche'. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux » (Mt 10, 8).

Pourquoi cette nouvelle évangélisation est-elle une réponse pastorale majeure pour notre temps ?

Avec nos papes, aux côtés de nos pasteurs et théologiens les plus avertis, il nous faut considérer comme dépassé l'ancrage chrétien de nos sociétés occidentales, alors que « l'humanité est en recherche et bien souvent malade », comme le soulignait saint Paul à son époque. Les comportements amoureux et sexuels de nos contemporains en sont un exemple criant. D'où l'importance méthodologique pour les missionnaires du XXIe siècle, d'être avant tout à l'écoute du vécu des hommes et des femmes, de leurs souffrances et de leurs « maladies » intérieures, de leurs attentes existentielles et des voies de traverse si souvent utilisées pour compenser leur méconnaissance de l'amour et du don immense de Dieu pour chacun de nous.

Vous évoquez également certaines exigences ecclésiales pour la mise en œuvre de la nouvelle évangélisation...

En effet, car «la mission est le signe le plus clair de la maturité de la foi » dit Jean-Paul II puisqu'elle témoigne d'une « conversion radicale de son état d'esprit tant au niveau des personnes que des communautés ». Ce n'est donc selon lui qu'« en devenant missionnaire que la communauté chrétienne pourra dépasser ses divisions et ses tensions internes et retrouver son unité et la vigueur de sa foi », et donc que l'Eglise « devra apprécier la valeur des organismes, des mouvements, des paroisses et des œuvres apostoliques de l'Eglise à la lumière de l'impératif missionnaire ». Vous comprenez combien Jean-Paul II voit loin et met la barre haute puisqu'il définit ainsi de véritables critères de discernement pour mesurer - à partir de la mise en œuvre ou non de cette dynamique personnelle et collective de la nouvelle évangélisation - la « valeur » des différentes institutions ecclésiale et la « maturité » chrétienne des baptisés.

Vous semblez tous deux nourrir un très grand espoir dans le développement de la nouvelle évangélisation ?

Nous sommes certains que l'Esprit-Saint suscite aujourd'hui dans toute l'Eglise un nouvel élan missionnaire. Notre pape invite les pasteurs à y être attentifs et ajoute que la vitalité de l'Eglise gagnerait «à un peu moins d'organisation, un peu plus d'Esprit-Saint » ; par ses décisions, notre pape décide de faciliter au cœur de l'Eglise universelle et de ses institutions l'accueil d'un souffle spirituel et évangélisateur puissant, espérant par là donner toute la bénédiction et l'appui à un renouveau, certes dérangeant, mais puissant et salutaire pour l'Eglise et le monde qui a tant besoin de connaître le Christ. Deo Gratias !

Propos recueillis par Jean-Baptiste Maillard

Pour découvrir les émissions, prédications, livres d'Alex et Maud Lauriot Prévost, cf. http://www.evangilepourlecouple.fr