La paix et les droits de l’homme au Moyen Orient

Appel de Benoît XVI à la communauté internationale

| 1339 clics

ROME, Dimanche 10 octobre 2010 (ZENIT.org) - « Vivre dignement dans sa propre patrie est avant tout un droit humain fondamental », a affirmé Benoît XVI pour les catholiques du Moyen Orient.

Le pape a présidé ce dimanche matin en la basilique Saint-Pierre la messe d'ouverture du Synode pour le Moyen-Orient qui a pour thème : « L'Eglise catholique au Moyen-Orient : Communion et témoignage. "La multitude de ceux qui étaient devenus croyants avait un seul cœur et une seule âme" (Actes des Apôtres 4, 32). »

Le pape en appelle à la communauté internationale et aux représentants des religions « majoritaires » dans la région. En effet, il n'est pas rare que les catholiques du Moyen Orient soient considérés comme des citoyens de second rang. Et la paix est indispensable pour améliorer les conditions de vie des populations.

Pour améliorer la situation de tous, le pape en appelle à la paix dans la région : « Il faut favoriser des conditions de paix et de justice, indispensables pour un développement harmonieux de tous les habitants de la région ».

Benoît XVI rappelle que la solution implique différents acteurs - communauté internationale, religions majoritaires - auxquels il rappelle leur responsabilité : « Tous sont donc appelés à apporter leur propre contribution : la communauté internationale, en soutenant un chemin fiable, loyal et constructif envers la paix ; les religions majoritairement présentes dans la région, en promouvant les valeurs spirituelles et culturelles qui unissent les hommes et excluent toute expression de violence ».

En même temps, le pape souligne l'apport des chrétiens à l'amélioration de la société, notamment comme ferment de réconciliation : « Les chrétiens continueront à offrir leur contribution non seulement grâce à des oeuvres de promotion sociale, comme les instituts d'éducation et de santé, mais surtout avec l'esprit des Béatitudes évangéliques qui anime la pratique du pardon et de la réconciliation ».

Le pape réaffirme la solidarité de l'Eglise universelle avec les catholiques du Moyen Orient, comme en témoigne la composition même de l'assemblée synodale : « Dans cet engagement, ils auront toujours l'appui de toute l'Église, comme cela est ici solennellement attesté par la présence des Délégués des Épiscopats d'autres continents ».

Le synode se poursuit, demain, lundi 12 octobre par la synthèse de Mgr Eterovic, secrétaire général : un exposé qui lancera le débat, avant les différentes prises de parole qui auront lieu au cours de 14 assemblées générales et seront complétées par des débats en carrefours.

Le synode doit élaborer des « propositions » à remettre à Benoît XVI et un Message universel : deux documents qui seront soumis au vote de l'assemblée.

Anita S. Bourdin