La participation de Joseph Ratzinger aux travaux de Vatican II

Editorial du P. Lombardi

| 1073 clics

Océane Le Gall

ROME, lundi 9 juillet 2012 (ZENIT.org) –  Cinquante ans après, « une trentaine de participants au concile Vatican II sont toujours en vie, et leurs témoignages suscitent encore  beaucoup d’émotion chez ceux qui se souviennent du moment extraordinaire de ferveur, d’enthousiasme et d’espérance » que furent ces assemblées, commente le P. Federico Lombardi.

A l’approche de la visite du pape, ce lundi 9 juillet, à Nemi, au Centre Ad Gentes de la Société du Verbe divin et dans le sillage du concile Vatican II qui fête cette année les 50 ans de son ouverture, le directeur du centre de télévision du Vatican (CTV) et de Radio Vatican,  a centré son éditorial télévisuel du 6 juillet sur les souvenirs liés à cette visite.   

C’est en effet dans cet ancien couvent des Verbites, à une dizaine de kilomètres de Castelgandolfo, qu’a été élaboré le projet de décret conciliaire sur la mission de l'Eglise, auquel le jeune théologien Joseph Ratzinger a participé en tant qu’expert, entre le 29 mars et le 3 avril 1965.

Le pape était l’un des jeunes théologiens appelés comme experts au concile, précise le porte-parole du Saint-Siège, et il avait participé à des réunions d’approfondissement et de réélaboration de textes, dans une « atmosphère studieuse » et un « climat de débats et de prière » qui ont accompagné les Pères tout au long de leurs assemblées à Saint-Pierre.

A ce propos, le P. Lombardi évoque également la présence de Mgr Karol Wojtyla, qui, dans des discussions analogues, mais à Ariccia, (toujours près de Rome), a participé à la préparation de la Constitution « Gaudium et spes » sur l’Eglise dans le monde contemporain, contribuant à la formulation de la célèbre phrase : « Le mystère de l’homme ne s’éclaire vraiment que dans le mystère du Verbe incarné » (n. 22) qu’il répètera tout au long de son pontificat.

 
« Espérons que ce 50ème anniversaire que nous nous apprêtons à célébrer en octobre sera l’occasion de revivre, de manière vitale, ce climat de l’écoute de l’Esprit », souhaite le père Lombardi.

Il espère que la relecture des textes se fasse dans la ligne de « l’herméneutique  de la réforme, du renouveau dans la continuité de l’unique sujet-Eglise que le Seigneur nous a donné, qui évolue dans le temps et se développe, mais reste toujours le même, unique sujet du Peuple de Dieu en marche », ajoute le directeur du CTV en faisant référence au discours  de Benoît XVI à la Curie romaine, le 22 décembre 2005.