La passion pour les questions sociales, encouragements de Jean-Paul II

| 524 clics

CITE DU VATICAN, Mardi 6 décembre 2004 (ZENIT.org) – Le pape Jean-Paul II encourage les chrétiens à affronter les grandes questions sociales avec une passion pour la cause de l’homme, à la lumière de l’Evangile, en évitant à la fois le spiritualisme intimiste et le pur activisme social.



Le pape s’est adressé en substance dans ce sens lors de l’audience accordée à la fondation “Centesimus annus”, samedi matin, à l’occasion de son congrès annuel. Il invitait les chrétiens à connaître et mettre en pratique la doctrine sociale de l’Eglise dans son entier, et en évitant de privilégier tel ou tel aspect de façon manipulatrice.

Le pape a invité la fondation “Centesimus Annus-Pro Pontifice” à poursuivre son engagement dans la ligne adoptée il y a dix ans, en conjuguant le soutien concret apporté aux activités du pape et du Saint-Siège par la diffusion de l’enseignement de l’Eglise à propos des grandes questions sociales que les chrétiens sont appelés à affronter à la lumière et avec la force de l’Evangile de Jésus, le grand révélateur de la vérité de Dieu sur l’homme”.

Le congrès de la fondation est consacré cette année au compendium de la doctrine sociale de l’Eglise, récemment publié par le Conseil pontifical Justice et Paix en italien et qui devrait être disponible en français en janvier prochain.

“Ce texte, a dit Jean-Paul II, constitue un instrument mis à jour pour la connaissance de la doctrine sociale catholique, qui a connu au cours du temps des approfondissements significatifs en réponse aux problèmes complexes d’une société mondiale qui se développe rapidement et de façon tourmentée”.

“Beaucoup reste à faire, reconnaissait le pape, afin que la contribution si riche de l’enseignement de l’Eglise devienne un critère cohérent de jugement et une force convaincue et inspiratrice de l’action sociale des chrétiens”.

“Il est donc très important, a dit Jean-Paul II, de viser la connaissance de la doctrine sociale de l’Eglise de façon ponctuelle, motivée, complète, aussi pour éviter que ne soit privilégié l’un ou l’autre aspect, selon la sensibilité ou des orientations préconçues, en finissant par en perdre la considération unitaire et par l’utiliser de façon instrumentale”.

Aussi le pape invite-il les laïcs à se garder aussi bien “du spiritualisme intimiste que l’activisme social” selon l’exemple de tant de témoignages offerts “par des chrétiens humbles et grands qui ont vécu la passion pour la cause de l’homme à la lumière de l’Evangile”.

Le pape a également rappelé la nécessité d’affronter “les grandes questions qui tourmentent et interpellent l’humanité au niveau mondial” et ceci sur “la base commune de la loi naturelle”.

Le pape citait le Catéchisme de l’Eglise catholique rappelant que “les préceptes de la loi naturelle ne sont pas des préceptes perçus par tous avec clarté et immédiateté”. “Dans la situation actuelle, la grâce et la révélation sont nécessaires à l’homme pécheur pour que les vérités religieuses et morales puissent être connues par tous sans difficulté avec une ferme certitude et sans aucun mélange d’erreur”.

“La doctrine sociale de l’Eglise, a conclu le pape, éclaire de la lumière de la révélation les valeurs fondamentales d’une coexistence humaine ordonnée et solidaire en le sauvant d’obscurcissements et d’ambiguïtés. Les chrétiens laïcs, ouverts à l’action de la grâce de Dieu sont l’instrument vivant pour que ces valeurs réussissent à pénétrer efficacement l’histoire”.