« La personne humaine dans les sciences sociales », session de travail

XI assemblée plénière de l’académie pontificale

| 222 clics

ROME, Mardi 13 septembre 2005 (ZENIT.org) – « La conceptualisation de la personne humaine dans les sciences sociales » : ce sera le thème de la XIe assemblée plénière de l’académie pontificale, qui rassemblera, du 18 au 22 novembre prochain, à la maison Pie IV du Vatican, les 33 académiciens.



La présidente de l’académie pontificale, Mme Mary Ann Glendon, a précisé à Zenit que « le choix de ce thème est né de l’idée du caractère central de la personne humaine dans le domaine de la pensée sociale catholique et donc de la nécessité de mieux examiner si les idées personnalistes qui prévalent dans les différentes sciences sociales sont cohérentes avec l’anthropologie chrétienne ».

Mme Glendon ouvrira la session le vendredi 18 novembre, et le prof. Edmond Malinvaud, coordinateur de l’assemblée introduira les travaux.

Parmi les intervenants, le cardinal Georges Marie Martin Cottier, théologien de la Maison pontificale, évoquera les « Menaces contre la personne » ; le prof. Jon Elster de l’Université Columbia s’interrogera : « Qu’est-ce qui nous fait bouger ? Intérêt, passion, et raison » ; le prof. John Shotter, de l’Université du New Hampshire, traitera du thème : « Personnes: le point de condensation d’une mer d’interactions vivantes »; et le prof. Paul Kirchhof conclura les travaux de cette première journée avec une intervention sur le thème : « L’idée de la dignité humaine au centre des Etats modernes constitutionnels ».

Samedi 19 novembre, le prof. Romano Harré de l’Université de Georgetown traitera du « Concept de personne » ; la prof. Margaret Archer analysera le thème : « La personne et ses préoccupations ultimes : qui sommes-nous si nous nous définissons par ce que nous avons à cœur ? » ; le prof. Rocco Buttiglione examinera pour sa part « La personne humaine dans la philosophie de Jean-Paul II ».

Dimanche 20 novembre, le prof. Enrico Berti de l’Université de Padoue parlera de « La notion classique de la personne dans les débats philosophiques d’aujourd’hui », et Mme Glendon des « Concepts de la personne dans la jurisprudence américaine ».

Lundi 21 novembre, le prof. Francesco P. Casavola de l’Université de Naples, évoquera le passage de « La loi romaine à la loi européenne » ; le prof. Serge-Christophe Kolm de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris traitera de « La personne humaine dans la normative économique » ; et le prof. Edmond Malinvaud de « La conceptualisation des agents dans les théories économiques positives » ; le prof. Juan J. Llach des « Conceptions de l’être humain implicite dans l’économie et dans la pratique des politiques économiques ».

En fin de journée, le prof. Hans Zacher, directeur du Projet « Démocratie » de l’académie, évoquera le livre intitulé « démocratie en question : contribution de l’académie pontificale des Sciences sociales », qui fait la synthèse des activités de ce projet.

Mardi 22 novembre, le prof. Wilfrido V. Villacorta présentera une conférence sur « La personne humaine dans l’analyse politique en Asie orientale » ; le prof. Herbert Schambeck offrira ses « Réflexions conclusives sur des documents qui ont traité de la personne dans le droit et la science politique » ; et le prof. Edmond Malinvaud ses « Réflexions personnelles sur ce qui a été obtenu et sur ce qu’il reste à obtenir ».

Chaque journée d’étude commencera par la messe en la basilique vaticane. Elle sera présidée le 18 novembre par le cardinal Casimir Edmund Szoka, président du Gouvernatorat de l’Etat de la Cité du Vatican, le 19 par le cardinal Giovanni Battista Re, préfet de la congrégation pour les évêques; le 20 par le cardinal Paul Poupard, président du Conseil pontifical de la Culture; le 21, par Mgr Angelo Comastri, président de la Fabrique de Saint-Pierre; et le 22, par le cardinal Francis Bernard Law, archiprêtre de la basilique Sainte-Marie Majeure.

L’académie des Sciences sociales a été fondée par le pape Jean-Paul II en 1994 pour « promouvoir l’étude et le progrès des sciences sociales, économiques, politiques, et juridiques et offrir des éléments dont l’Eglise pourra disposer pour l’approfondissement et le développement de sa doctrine sociale ».

L’académie entretient des rapports étroits avec le Conseil pontifical Justice et paix et elle est soutenue par une fondation spéciale.

Elle a récemment centré ses travaux sur les thèmes du travail humain, de la démocratie, de la mondialisation et de la solidarité, en particulier entre les générations.